La police ne serait pas pressée de rendre Woody à sa propriétaire

Alors que le préfet de Lot-et-Garonne, suivi du procureur, ont autorisé Véronique Consolo à récupérer le marcassin Woody, les policiers qui détiennent l'animal semblent vouloir ralentir la procédure et imposer leurs conditions pour cette restitution.

0 Shares

[MISE A JOUR] Woody a pu faire son retour ce vendredi soir chez sa propriétaire.

Coup de théâtre dans l’affaire du marcassin Woody. Alors que la préfecture avait annoncé, hier, la régularisation du jeune sanglier qui allait donc pouvoir retrouver Véronique Consolo, sa propriétaire, il semblerait que l’OFB (Office français de la biodiversité) mette plus de temps que prévu pour restituer l’animal. L’association VIDA (Voir Informer Dénoncer Agir), qui conseille la maitresse de Woody dans cette affaire, dénonce en effet une certaine lenteur des officiers pour ramener l’animal chez lui. « Nous sommes soulagés par la décision de la préfecture et du procureur de rendre Woody à sa propriétaire, disaient en préambule les responsables de l’association. Nous sommes malheureusement face à une autre problématique avec des officiers de l’OFB qui trainent des pieds et ralentissent la procédure. On a tous hâte que Woody rentre mais on ne sait toujours pas quand ce sera ni dans quelles conditions. » Pire encore, il semblerait que Véronique Consolo ait subi des pressions afin que les médias n’assistent pas à cette restitution. « L’OFB a refusé la présence des journalistes et a menacé de repartir avec Woody dans le cas contraire ou même, de restituer un autre animal, accuse l’association. Nous ne sommes pas d’accord car nous voulons que ce qui s’est passé, puisse servir d’exemple dans le futur. »

« Ils font la pluie et le beau temps »

L’OFB, qui a des fonctions de police judiciaire, « a également demandé à l’avocat de retirer son référé, ce qui est inconcevable tant que Woody n’est pas revenu », poursuit-on. Scandalisés, les membres de VIDA déplorent l’ingérence des policiers : « Normalement, le procureur prend sa décision et la police est censée exécuter l’ordre sans n’avoir rien à dire. On a l’impression que ce sont eux qui décident eux-mêmes et qu’ils font la pluie et le beau temps. Quand on voit ces exactions, on se pose des questions. » Interrogé à ce sujet, le préfet de Lot-et-Garonne a précisé qu’il avait autorisé Woody, de manière administrative, à retrouver sa maitresse, le reste de la procédure n’étant plus de son ressort. Pour Véronique Consolo, c’est une nouvelle période de stress qui s’ouvre donc, après le soulagement d’hier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

32 + = 38