Premier bilan pour Thomas Bouyssonie et Annie Messina

Les élus départementaux du canton de Villeneuve-sur-Lot présentaient leurs vœux et tiraient un premier bilan après sept mois dans la majorité.

0 Shares

Un peu plus de sept mois après leur élection, le binôme Thomas Bouyssonie-Annie Messina, élu sur le canton de Villeneuve-sur-Lot 2, présentait ses vœux par l’intermédiaire de la presse, l’occasion pour eux de tirer un bilan sur les premières actions effectuées au sein de la majorité départementale. Vice-présidente en charge des personnes âgées et des personnes handicapées, Annie Messina a notamment pu revenir sur l’extension du dispositif « Du 47 dans nos assiettes » qui s’étend aux EHPAD, avec une expérimentation en cours à Castelmoron, et le projet d’étendre le concept dans une vingtaine d’établissements sur le département. Du côté des investissements, la rénovation thermique des deux collèges villeneuvois a été actée : Anatole France pour un montant de 1,2 million d’euros et Crochepierre pour 600 000 €. La livraison des travaux est espérée d’ici la fin de l’année scolaire. Ce sont ensuite deux grands projets qui ont retenu l’attention : la mobilité et la désertification médicale. Sur la RN21, Thomas Bouyssonie s’inquiète ainsi que « l’avancée à vitesse grand V du projet du barreau de Camélat » en Agenais vienne mettre du plomb dans l’aile aux travaux nécessaires sur le tronçon Monbalen-Croix Blanche. « Nous alertons les élus de Monflanquin, de Fumel, des Quatre Cantons ou du Grand Villeneuvois car si Camélat se fait au détriment de ce secteur, nous allons en prendre pour 20 ans car tout va se jouer cette année, redoute l’élu. Nous savons que Guillaume Lepers a pris attache avec la préfecture et le député Damaisin pour faire avancer ce dossier et nous nous associons à cette démarche. »

Objectif parlement pour Bouysonnie, probable soutien de Mélenchon ?

Au sujet de la démographie médicale, un plan de zonage de l’Agence Régionale de Santé a mis en évidence la crise que connait le Villeneuvois en la matière. « Nous sommes une des pires zones régionales mais cela permet aux collectivités compétentes d’avoir droit à un régime d’aide, tempère Thomas Bouyssonie. Nous disons à Guillaume Lepers : ‘allez-y, foncez’ pour recruter et salarier des médecins. Nous ferons en sorte que le département vienne en soutien d’un tel projet. » Des sujets pris à bras-le-corps pour celui qui est aussi membre de l’opposition à la mairie de Villeneuve-sur-Lot. De quoi nourrir d’autres ambitions pour son territoire, en cette année électorale ? Pour l’heure, celui qui soutenait Arnaud Montebourg, avant son désistement, devrait se ranger derrière Jean-Luc Mélenchon. « J’annoncerai plus tard mon soutien de manière officielle, précise-t-il. Son discours sur la souveraineté de la France vis-à-vis de l’Europe ou encore sur l’écologie m’a séduit. Il est le plus fort en ce moment et peut encore accéder au second tour donc nous devons pousser derrière lui. » A la question de savoir s’il se rangera aussi derrière le candidat de la France Insoumise pour les législatives, Thomas Bouyssonie botte en touche : « Il est encore un peu tôt et il faudra voir comment les forces se répartissent, discuter avec tous les partenaires. Mon objectif est de réussir une union, même imparfaite, pour se présenter lors d’un scrutin et le remporter. » 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

1 + 2 =