Faute de financement, le Théâtre du jour baisse le rideau

A travers une lettre ouverte, le directeur de l'école Pierre Debauche-Théâtre du Jour, a annoncé la fermeture de l'établissement à compter de la rentrée prochaine.

0 Shares

C’est une page qui se tourne. Dans ce lieu où « la passion ne s’est jamais endormie », selon Françoise Danell-Debauche, présidente de l’école Pierre Debauche et du Théâtre du Jour, les promotions ont défilé pendant presque 30 ans… Mais dès la fin de l’été, l’endroit fermera malheureusement ses portes définitivement. « Il y a 28 ans, Pierre Debauche et Françoise Danell descendaient de la Grande ville à la Dame de fer pour s’installer ici, en province comme l’on dit…, se souvient le directeur Olivier Dumas. Le rêve était fou… un théâtre, une école, une compagnie à Agen. Mais qui en voudrait ? Qui sont ces élèves qui viendraient se former ici ? » Finalement, l’établissement a trouvé son public, et pour quelque 470 élèves, tout a commencé entre ces murs, venus apprendre le métier, avec une particularité qui a fait la singularité de l’école : « apprendre à jouer en jouant ».

Plus de 550 spectacles et 6 500 représentations

« Il y aurait tant de choses à écrire, à vous dire, à vous qui êtes venus nous voir sur ces planches sans jamais nous oublier même quand les tempêtes faisaient rage… et Dieu sait s’il a plu au-dessus du toit du Théâtre du Jour ! «  En juillet 2021, l’école se réjouissait de relancer son festival qui marquait aussi la réouverture des lieux au public, avec spectacles tous publics et scènes ouvertes au programme. Mais cela n’a pas suffit, puisque faute de financement, l’aventure est contrainte de s’arrêter là. « Merci Pierre et Françoise d’avoir rêvé, d’avoir su transmettre cette passion nécessaire pour monter sur ces foutues planches, parfois si difficiles à dompter (…) Merci à vous les téléspectateurs d’un soir, ou de deux, d’être venus voir l’un des 560 spectacles créés, ou l’une des 6 534 représentations données au Théâtre du Jour et ailleurs' » conclut le directeur non sans un brin d’émotion.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

4 + 2 =