L’ARS étend ponctuellement les doses de Pfizer aux plus des 30 ans

Près de 3,2% de la population lot-et-garonnaise a été contaminée cette semaine, mais les chiffres à l'hôpital tendent vers une légère baisse. La situation dans les écoles reste encore sous tension.

0 Shares

L’épidémie de Covid-19 poursuit sa dynamique avec des contaminations à la hausse mais une situation à l’hôpital qui se stabilise. Si le taux d’incidence a dépassé la barre des 3000 dans le Lot-et-Garonne avec 3203,1 cas pour 100 000 habitants sur les sept derniers jours, le nombre d’admis en réanimation a quant à lui drastiquement baissé, de neuf à trois pour un total de 61 personnes hospitalisées. Dans ce contexte, la priorité est maintenue sur la campagne de vaccination, d’autant plus depuis la transformation du pass sanitaire en pass vaccinal. Joris Jonon, directeur départemental de l’ARS a ainsi annoncé une « souplesse dans la gestion » de cette campagne et qui va notamment concerner l’utilisation des vaccins Pfizer et Moderna. Un certain nombre d’annulations de rendez-vous sur des doses de Pfizer a en effet été constaté, certaines personnes ayant contracté le Covid entre-temps. Par conséquent, les doses de Pfizer seront étendues aux personnes de plus de trente ans qui ne pouvaient jusque-là être vaccinées qu’en Moderna. Cette mesure ponctuelle prendra fin quand la hausse de rendez-vous pour les moins de 30 ans sera de nouveau constatée. Enfin, la séquence « aller vers » fera escale ce dimanche 6 février à Laroque Timbaut, de 10h à 16h pour des créneaux de vaccination sans rendez-vous. Par ailleurs, le directeur départemental de l’ARS a souhaité « saluer la mobilisation des acteurs en ville » dans cette campagne vaccinale, qu’il s’agisse des médecins et infirmiers libéraux ou encore des pharmacies.

Une trentaine de classes fermées supplémentaires

Alors que les jeunes sont les principaux concernés par cette cinquième vague épidémique, ce sont 89 classes qui ont dû fermer cette semaine dans le département, révèle l’inspection académique. Si aucune fermeture d’établissement n’est à déplorer, 84 classes ont fermé parce qu’aucune solution n’a été trouvée pour remplacer un enseignant malade. Alors que l’inspection tablait sur le recrutement de 15 remplaçants, il n’y en avait que 9 cette semaine. Afin de lutter contre l’explosion des cas à l’école, Jean-Noël Chavanne a rappelé que l’achat de 85 capteurs de CO2 était envisagé par la préfecture. Le nouveau protocole sanitaire prévoit également que des auto-tests seront délivrés gratuitement aux personnels en contact avec les élèves. Dix par personne seront distribués en février et dix autres en mars. Enfin, l’inspection académique a tenu à rappeler, au sujet des activités physiques en cette période de grand froid, que celles-ci pouvaient se dérouler en piscine si les conditions d’accueil permettent le strict respect des règles sanitaires.

Les cas de Covid ont à nouveau explosé cette semaine. Les hospitalisations sont en revanche à la baisse.

// Opération de dépistage à Marmande ce samedi 5 février

Après l’opération de dépistage lancée au Stadium d’Agen la semaine dernière, c’est l’Ouest du département qui est désormais concerné, à Marmande plus particulièrement. Cette session sera organisée toute la journée, de 10h à 16h, dans la galerie marchande du centre E.Leclerc, route de Bordeaux. Une opération permise grâce au concours des médiateurs de lutte anti-Covid du SDIS 47.

// Un outil pour savoir quand faire sa dose de rappel

Alors que la dose de rappel va être soumise, sous plusieurs conditions, à l’extension du pass vacinal à partir du 15 février, l’Assurance maladie a mis en place un outil numérique permettant de savoir à quel moment il faut faire cette dose de rappel. A partir des dates de première et seconde dose, le site monrappelvaccincovid.ameli.fr sera en mesure d’indiquer à partir de quelle date il est possible de faire le rappel et à partir de quand le pass vaccinal sera désactivé si cette dose n’est pas faite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

7 + 2 =