Les envies d’expansion de SMTI

Fondée en 1989 par Jean-Luc Valla, la société SMTI (Services et Matériels Techniques pour l'Industrie) a le vent en poupe ces dernières années et c'est généralement bon signe pour l’économie du territoire.

0 Shares

« On est dépendants de l’industrie, expose Matthieu Valla qui a repris les rênes de la société à son père, en 2016. Si elle va bien, on ira bien. On constate une véritable émulsion et une dynamique sur Villeneuve-sur-Lot. » Ce distributeur de systèmes de production d’air comprimé et de vide peut travailler avec littéralement tout le secteur industriel, aussi bien dans l’aéronautique que l’agroalimentaire, la métallurgie ou l’automobile, pour une clientèle qui reste assez locale. « Nous travaillons au maximum avec les départements limitrophes, explique le gérant. Nous avions obtenu des contrats un peu plus loin en France mais cela demande une logistique plus contraignante donc nous préférons éviter. Quand un technicien terrain est à l’autre bout de l’hexagone, il ne peut pas intervenir chez un client dans le département. » Forte de plus de trente ans d’expérience, la société SMTI a l’avantage de connaître parfaitement sa clientèle. « On a une foi très importante en notre territoire, insiste Matthieu Valla. » Un territoire qui lui rend bien puisque sa société est en croissance permanente depuis 2016. Son chiffre d’affaires a augmenté de 500 000 € en 2021 pour atteindre les 3 millions, avec un objectif à 5 millions d’ici trois ans. Alors forcément, après un agrandissement en 2018, SMTI a encore besoin de pousser les murs pour répondre au mieux à ses besoins. Il y aura notamment la création d’un pôle bureau d’études d’ici 2023 qui pourrait élargir la clientèle de l’entreprise avec des réponses à des audits énergétiques. « On commence à se sentir à l’étroit dans les parcs et les bureaux », regrette le dirigeant qui a déjà son idée pour donner de l’air à ses 14 salariés. Problème, la zone où il envisage de s’étendre est positionnée de l’autre côté de la voie ferrée désafectée. La mairie se bat depuis des années avec Réseau Ferré de France qui en est le propriétaire pour en récupérer l’exploitation et y implanter sa voie verte. Un véritable frein pour l’entrepreneur qui se dit même prêt à accompagner la collectivité sur l’aménagement paysager de la zone. Un signe que Matthieu Valla se sent bien dans cette zone de Rebel en plein développement et où des nouveaux projets sont en train de sortir de terre avec notamment le groupe GPG de Philippe Ginestet. La fibre optique est en cours de déploiement et la déchetterie du Rooy sera bientôt déplacée. De quoi offrir encore de nouvelles perspectives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

− 1 = 3