Nouveaux visages et nouvelles ambitions pour ESBTP Réseaux

Après quelques années de transition, Frédéric Guitard et Benoît Batut ont officiellement pris la tête d’ESBTP Réseaux. Avec déjà une belle croissance à son actif, l’entreprise devrait continuer de grandir dans les années à venir.

0 Shares

« Nous sommes venus pour développer l’entreprise dans le secteur, tout en gardant cet esprit familial qui nous tient à cœur. » Benoît Batut et Frédéric Guitard, désormais à la tête d’ESBTP Réseaux, spécialisé dans la pose de réseaux secs, d’eau et d’assainissement, ne cachent pas leurs ambitions pour continuer de faire grandir cette entreprise qu’ils viennent tout juste de racheter à Alain Perry, dont la réputation n’est plus à faire en Lot-et-Garonne. « Nous sommes reconnaissants de son accompagnement qui nous a permis d’être mis sur de bons rails dès le départ. D’ailleurs, nous avions la volonté de conserver le nom et nous continuons de travailler ensemble sur certains projets, d’autant que nous restons voisins », assurent-ils. Si la transition s’est opérée en douceur, les deux anciens de Veolia Eau ont intégré la structure en 2018 avec un objectif de rachat fixé dès le départ à cette année. « Avec le covid passé par là entre temps, ça a été plus compliqué que prévu puisqu’il a fallu gérer les imprévus… » Malgré tout, un important chantier a été réceptionné en juillet 2020, celui de l’échangeur autoroutier A62 que l’entreprise agenaise a inauguré en réalisant le dévoiement du réseau d’adduction en eau potable. « Nous avons aussi eu beaucoup de chantiers avec l’Agglomération d’Agen, qui nous a fait confiance dès le départ à travers ses techniciens. Nous les connaissions déjà à travers notre ancienne vie professionnelle, ils nous ont suivi dans ce projet et ont permis, assurément, à notre PME de se développer », tient à souligner Frédéric Guitard. De plus, les deux associés sont régulièrement sollicités par des organismes publics tels que la Sem 47, et des bailleurs sociaux locaux (Domofrance, Habitalys, Agen Habitat…). Depuis leur arrivée, ils ont permis à ESBTP Réseaux de prendre une nouvelle dimension, certainement grâce à la qualité de service assurée au quotidien. « De par notre passé, nous sommes dans un système où nous privilégions la qualité du service et la satisfaction client », ajoute Benoit Batut. En trois ans, la croissance a été considérable, avec un chiffre d’affaires passant de 800 000 € à 2,8 millions d’euros. « Demain, nous souhaitons que cette croissance d’activité se poursuive. Nous ne sommes pas venus pour faire grandir l’entreprise puis la revendre, ça nous tient à cœur d’en faire un acteur local majeur. »

Favoriser les partenariats locaux

Mais attention, tous deux tiennent à croître de manière raisonnée. Leur priorité, c’est avant tout le suivi de leurs salariés, pour qu’ils se sentent valorisés dans leur travail au quotidien. « Nous nous sommes développés en embauchant des personnes du coin, et nous souhaitons les accompagner pour les faire monter en compétence. Pour exemple, des ouvriers d’hier sont chefs d’équipe aujourd’hui. On établit aussi des plans de carrière, nous fonctionnions déjà comme ça par le passé. Si l’entreprise progresse, c’est aussi et surtout grâce à eux. » Actuellement, 16 personnes composent les rangs de la boîte, tandis que quelques personnes supplémentaires devraient arriver durant le premier semestre. « Nous visons les 20 salariés d’ici la fin de l’année », espèrent-ils. Et à propos de leurs partenariats, que ce soit sur la partie réseaux enterrés comme sur l’éclairage public, Frédéric et Benoît souhaitent favoriser le recours aux enseignes locales. « Nous sommes acteurs du développement économique du territoire. Nous préférons passer commande au métallier installé à deux kilomètres d’ici plutôt que d’acheter sur internet. C’est dans notre ADN ! » Récemment, ESBTP Réseaux a reçu un signe de reconnaissance en rejoignant Les Canalisateurs de France, organisation membre de la Fédération Nationale des Travaux Publics regroupant plus de 300 entreprises du métier au niveau national (seulement 3 dans le département). Une distinction qui lui permettra de se démarquer lors de ses prochaines candidatures sur des appels d’offres… Prochaine grande échéance, le chantier du TAG avec la réalisation des réseaux secs mais aussi la pose d’une soixantaine de candélabres photovoltaïques de la marque locale Fonroche Lighting.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

70 − = 66