Le Parti socialiste veut y croire avec Anne Hidalgo, et prépare son avenir

La fédération lot-et-garonnaise du Parti Socialiste bénéficie de militants proactifs sur le territoire, soutenant une candidature « très déterminée et courageuse », et pensant déjà à l’après élection.

0 Shares

Tandis que nous nous apprêtons à entrer dans le mois de l’élection présidentielle, les soutiens locaux sont plus que jamais mobilisés sur le terrain pour rassembler autour de leur candidat. Le Parti Socialiste fait partie des premiers comités à s’être mis en ordre de marche dès l’annonce officielle de leur candidate, Anne Hidalgo, en septembre dernier à Rouen. « En interne, nous nous sommes mis en place rapidement, déjà pour faire part de nos remontées de terrain à la fédération au niveau national, pour que notre candidate puisse finaliser son programme. Puis nous avons planché sur le calendrier des rencontres en Lot-et-Garonne, dans le but de mailler le territoire », explique Sandrine Laffore, première secrétaire fédérale en Lot-et-Garonne. Cette dernière n’en est pas à sa première campagne, ayant rejoint le parti de gauche il y a trente ans. « Comme toujours, nous affichons, sommes présents sur les marchés et organisons des rencontres ,sans oublier les réseaux sociaux essentiels aujourd’hui, mais il faut dire que cette année est particulière. L’actualité avec le conflit ukrainien a forcément pesé dans la balance. Nous avons donc été en deçà de ce que nous voulions par respect de ce que vivent les personnes là-bas », ajoute-elle. De plus, si l’on dit que le PS est affaibli, bien bas dans les sondages avec 2,5% d’intentions de vote seulement, la première secrétaire se satisfait de la manière dont sont reçus les militants. « On est plutôt bien accueillis, et même si les gens ne ne sont pas convaincus, les échos sont positifs. Mais nous regrettons que notre candidate, très déterminée, n’ait pas bénéficié d’une grande visibilité. »

L’arrivée d’une nouvelle génération

Si la candidate socialiste n’a pas pu faire le déplacement en Lot-et-Garonne, ses soutiens assurent localement le relai de son programme, composé de 70 propositions, avec des axes forts pensés autour des principales préoccupations des citoyens. « Le pouvoir d’achat est une priorité, on peut d’ailleurs regretter de ne pas assez entendre les propositions sur cette thématique. L’augmentation du smic, l’égalité salariale, la baisse de la TVA à 5,5% pour l’essence font partie des objectifs, développe Sandrine Laffore. Anne Hidalgo s’est aussi beaucoup appuyée sur l’éducation, un sujet sur lequel nous faisons des retours de nos réunions fédérales depuis un bon moment. Elle insiste sur la nécessité de développer les contrats d’alternance et de professionnalisation, de faire de l’école d’un pilier d’égalité pour tous les jeunes, et donc de supprimer Parcoursup qui crée un déséquilibre. » La reconsolidation de l’hôpital public, la désertification médicale dont le département souffre particulièrement, et la défense de la retraite à 62 ans sont aussi sur la table. « Notre parti n’est pas fini, comme beaucoup le pensent. Il y aura un après présidentielle et législatives. Le PS est attendu au tournant, et je peux déjà vous dire qu’une nouvelle génération est en marche. Nous allons nous reconstruire, pour défendre nos idées et nous en avons plein ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

72 − = 70