Le chanvre, nouvelle culture de choix en Lot-et-Garonne

Après la crise sanitaire de 2020 qui a logiquement chamboulé l’ensemble de l’économie, la reprise l’an passé s’est accompagnée par l’explosion d’une filière, celle du chanvre.

0 Shares

En cause, la régulation du marché des produits à base de cette plante en Europe qui s’est accompagnée par l’ouverture de multiples points de vente. En Lot-et-Garonne, un groupement d’intérêt économique (GIE) vient de se former autour du « chanvre bien-être » à l’initiative de six professionnels aux activités diverses, pour investir ce secteur en plein développement : Terroir & Vapeur qui commercialise des e-liquides ; Le Temps des Cerises qui fabrique et commercialise des produits de confiserie, chocolaterie, café, thé et tisane ; les boulangeries et pâtisseries de la Maison Fronteau ; Odysud Nutrition et ses compléments alimentaires ; l’agriculteur Frédéric Arbus, producteur de tabac et céréales pour faire le lien avec le monde agricole, et enfin l’Agropole, qui accompagne l’essor de cette activité. « Le marché est en pleine croissance, estimé à 49,04 milliards d’euros à horizon 2028 », appuie la structure agenaise.

Des critères de qualité

« La volonté collective est de proposer des innovations à base de chanvre au travers d’une démarche collective, qualitative et locale. » Tous souhaitent bâtir les bases d’un produit bien-être auquel le consommateur fera confiance. La marque Chanvre de Garonne garantit ainsi que « de la graine au produit fini, un certain nombre de critères ont été respectés », appuie l’Agropole. Parmi ces critères, on retrouve la provenance de la matière première, limitée à la Nouvelle-Aquitaine et trois départements limitrophes, des exigences de qualité avec des produits disponibles à la vente contenant uniquement du CBD naturel, ou encore une partie Recherche & Développement assurée par les équipes de l’Agrotec, centre technologique agroalimentaire basé Estillac, sur le site de l’Agropole. Pour rappel, un décret datant du 30 décembre 2021 autorise les producteurs français à récolter les fleurs de chanvre et les extracteurs à produire du CBD. Mais pour sa transformation alimentaire, aucune décision n’a encore été prise, tandis que des produits sont en vente libre sur l’ensemble du territoire… À ce titre, le GIE lot-et-garonnais s’attachera à développer huiles, compléments alimentaires, et e-liquides, entre autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 65 = 69