Les studios de jardin Natibox débarquent en Lot-et-Garonne

Ce réseau, représenté dans le département par le serial entrepreneur Sylvain Gruelles, propose des constructions bois prêtes à l’emploi, à poser directement sur son terrain.

0 Shares

À l’image des petits ruisseaux qui font les grandes rivières, une poignée de mètres carrés supplémentaires peut radicalement améliorer le quotidien. Une pièce en plus pour la maison, un espace dédié aux loisirs, un cabinet pour une activité libérale, un appartement à louer pour du complément de revenus, un logement indépendant pour un proche dépendant… À chacun ses besoins et ses aspirations. Multi-entrepreneur dans le milieu de la rénovation et de l’agencement, Sylvain Gruelles a souvent eu affaire à ce type de demande de la part de ses clients. « Seulement voilà, la complexité administrative et le manque de disponibilité des artisans pour les petits projets d’extension, sans compter les coûts parfois exorbitants bloquent souvent les dossiers », explique-t-il. Un simple reportage à la télévision lui donnera néanmoins une idée. « J’ai découvert le concept Natibox et j’ai tout de suite été séduit. Je me suis dit qu’il fallait proposer ça ici. »

Si ce réseau a vu le jour il y a seulement trois ans, la maison-mère profite d’une bien plus longue expérience. En effet, Natibox fait partie d’AST Groupe, qui possède notamment Natilia, le leader de la construction de maisons à ossature bois en France. « Ils ont mis à profit leur savoir-faire pour développer des studios de jardin. On a toujours une construction à ossature bois reliée à un châssis métallique pour la rigidité. Pas besoin d’une dalle, quatre plots béton suffisent », détaille Sylvain. Ce dernier précise bien qu’ « il ne s’agit pas d’un mobil-home. » Les Natibox reprennent les mêmes standards qu’une habitation neuve. Elles répondent ainsi au cahier des charges RT2012 (et bientôt RE2020). « On peut y vivre à l’année très confortablement. »

Installé en trois mois à partir de la commande

Le catalogue recense trois modèles principaux : le « tiny » de 15m2, le « cosy » de 19,9m2 (un chiffre qui n’est pas sans importance) et le « maxi » de 28m2. Les deux premiers présentent un atout non négligeable. Parce que leur surface est inférieure à la vingtaine de mètres carrés, ils ne nécessitent pas de permis de construire. « Il faut seulement effectuer une déclaration préalable, qui est validée sous un mois. Et comme on peut choisir entre plusieurs couleurs de bardage et végétaliser la toiture plate, on peut répondre à la plupart des exigences des PLU en vigueur », souligne Sylvain, qui sera bientôt rejoint dans l’aventure par son épouse Alexandra. La simplicité et la célérité se retrouvent dans les autres étapes. Configurer sa Natibox est un jeu d’enfant.

Une fois la destination d’usage choisie (studio, bureau ou loisirs), l’aménagement se fait en quelques clics à l’aide d’un logiciel spécifique. Tout est personnalisable, y compris l’accessibilité PMR si besoin. Quand le bon de commande est validé, le processus de fabrication a en réalité déjà démarré. L’un des principaux atouts d’AST Groupe, c’est son usine POBI. Cet outil industriel de pointe permet une production très rapide. Deux à trois mois suffisent pour recevoir son studio entièrement équipé (climatisation, sol, WC-sanibroyeur suspendu avec pompe de relevage…). Pendant ce temps-là, l’équipe lot-et-garonnaise de Natibox s’occupe des démarches et des petits travaux préparatoires, comme les plots et les tranchées pour l’alimentation en eau et en électricité. Pour la pose, une petite demi-journée suffit avec l’utilisation d’une grue.

De nombreux atouts

Ce produit présente plusieurs autres avantages : il est déplaçable et donc vendable, il est possible d’en empiler jusqu’à trois verticalement. « C’est une réponse pertinente à de nombreuses situations. On peut accueillir chez soi un parent âgé, se créer une salle de sport, de cinéma ou de musique, avoir une activité à domicile tout en conservant une séparation entre le pro et le privé, augmenter ses revenus en faisant de la location ou de l’hébergement type Airbnb… Dans un territoire comme le Lot-et-Garonne où beaucoup de gens ont la chance d’avoir un grand jardin, les Natibox peuvent séduire. On peut même se créer une résidence secondaire à moindre frais si l’on possède un terrain trop petit pour construire, ce qui est souvent le cas quand on se rapproche du littoral », énumère l’entrepreneur trentenaire originaire du Villeneuvois. Un rêve accessible à partir de 35 000 euros…

Renseignements //

Natibox Lot-et-Garonne 100 route d’Agen, 47450 Colayrac-Saint-Cirq 06 83 01 37 35 – www.natibox.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

25 − 21 =