Villeneuve-sur-Lot : O’Hawaï, un coin de Pacifique, rue de Paris

Depuis le 19 septembre dernier, O’Hawaï a ouvert ses portes, rue de Paris. L’objectif affiché de sa gérante : apporter de la nourriture saine au sein de l’offre de restauration rapide villeneuvoise.

0 Shares

Il y a quelques mois encore, le local du 30 rue de Paris était occupé par Home Street Food, le petit bébé de Nicolas Weilenmann et son Terminus. Depuis le 19 septembre, les lieux sont désormais repris par Nathalie Donkerwolke. Cette ancienne employée de laboratoire à Villeneuve-sur-Lot s’est jetée dans le grand bain après la fin de son contrat en décembre dernier. « Petit à petit, l’oiseau a fait son nid, comme on dit. J’ai ensuite eu le Covid et je me suis retrouvée confinée à la maison. J’ai commandé quelques repas sur Uber Eats et je me suis alors rendue compte qu’il n’y avait pas forcément d’offres en nourriture saine. Sans vouloir dénigrer les affaires en restauration rapide, j’ai trouvé que c’était très répétitif. » Elle et ses enfants sont de grands consommateurs de poké bowl et avaient du mal à trouver chaussure à leur pied, « bien que certains restaurants de la ville en ont un petit peu à leur carte, parmi d’autres plats. Il n’était pas rare qu’on aille sur Agen ou Marmande pour trouver notre bonheur. »

Le stress de l’ouverture

C’est au printemps dernier que tout s’est mis en ordre de marche pour Nathalie. Participante à l’opération « Crée ta boîte en un jour », propulsée par l’Agglomération du Grand Villeneuvois, elle en ressort lauréate avec son projet de restaurant hawaïen. Quelques mois, quelques coups de pinceau et de marteau plus tard, O’Hawaï voit le jour. L’affaire d’une vie pour la maman et ses enfants. « Lundi dernier, à l’heure de l’ouverture, l’estomac était bien noué surtout quand on a vu la vague de personnes arriver, confesse-t-elle. Nous avons eu en plus quelques soucis de livraison sur la viande et le poisson donc nous étions encore en train de finir nos préparations quand le service a commencé. C’était un gros coup de stress mais on s’est vite acclimatés. » Il faut dire que la petite famille est quand même rodée aux services animés. « J’ai la chance d’avoir mes enfants qui me suivent dans l’aventure. On a une association donc on tient souvent des buvettes sur des festivals, des fêtes ou des vide-greniers et c’est assez sportif. On a un rapport assez festif avec cette clientèle et après la période anxiogène qu’on a connue, c’est ce qu’on veut amener. On veut offrir aux gens du bonheur, de la fraîcheur et de l’exotisme. »

Sains et équilibrés, les poké bowls sont l’atout majeur de la
carte.

Les clients sont au rendez-vous

La clientèle villeneuvoise semble ne pas s’y tromper car la boutique a été prise d’assaut pour sa première semaine d’ouverture. « On a fait carton plein, se réjouit Nathalie. A part, peut-être mercredi, mais cela a été compensé dans l’après-midi avec les collégiens et lycéens. On a fait beaucoup de smoothies, milk-shakes ou bubble tea. On a été amenés à refaire trois fois du thé. » Si cette offre sucrée permet de mettre du beurre dans les épinards, la gérante veut se concentrer sur ses poké bowls dans un premier temps. « L’objectif est de bien connaître les recettes et les formules. C’est toujours une base de riz, quinoa ou salade. On ajoute ensuite de la protéine – saumon, poulet ou falafel pour les végétariens – puis des légumes, des fruits, des graines et de la sauce. Nous proposerons ensuite le poké du mois. Le premier qui arrivera sera le ‘poké Halloween’ qu’on est en train de peaufiner. » Alors que la pluie et le froid sont de retour en ville, O’Hawaï permet de s’évader à l’autre bout du monde pour le petit dej’, le déjeuner comme le goûter, tout en restant dans la bastide villeneuvoise.

Renseignements //

O’Hawaï, 30 rue de Paris à Villeneuve-sur-Lot. Ouvert du lundi au samedi de 9h30 à 18h (ouverture à 11h30 le lundi). Facebook et Instagram : O’Hawaï

Pour le petit déjeuner ou le goûter, les offres sucrées apportent leur touche de réconfort.

Les chats aussi ont droit à leur poké bowl

Réduire le gaspillage alimentaire est une nécessité pour Nathalie. Parmi les ingrédients de ses poké bowls, le saumon cru reste un aliment sensible qui doit être consommé dans les 24 heures. « C’est une contrainte en termes d’hygiène que nous respectons mais plutôt que de jeter ce poisson, nous avons trouvé une meilleure solution en proposant les ‘tata bowls’. L’idée nous est venue avec Anaïs Quendolo, de la Mutuelle de Poitiers. Son chat s’appelle Tata et on s’est dit qu’on pouvait lui donner à manger ce saumon qui reste parfaitement consommable, ainsi que les chutes que nous n’utilisons pas. » Le principal intéressé semble ravi de ce repas trois étoiles qu’il pourrait être amené à partager. Propriétaires de chats ou chiens sont en effet appelés à se manifester pour bénéficier gratuitement de ces ‘tata bowls’.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 − 12 =