Agen : l’opération « coup de frais » du Gravier décalée au mois de mars 

Ils avaient été annoncés et les Agenais les attendaient encore. Les travaux du parking du Gravier vont enfin commencer après le départ de la fête foraine 

0 Shares

S’il est bien connu des Agenais et de ceux qui viennent travailler dans la cité préfecture, le parking du Gravier faisait, depuis bien des années, grise mine. Revêtement vieillissant, nids de poules, flaques énormes à la moindre averse… Le tout couplé à un stationnement des usagers parfois chaotique, faute de marquage au sol visible.
Et si, le temps que la fête foraine batte son plein, le Gravier va encore garder cet aspect décrépi, cela ne sera plus qu’un mauvais souvenir une fois celle-ci partie. Les travaux, pris dans l’engagement 75 de la municipalité, commenceront bel et bien début mars. « Nous avions finalement choisi d’effectivement, décaler le début des travaux (NDLR, prévu à la base après les fêtes de fin d’année) pour des questions pratiques, notamment concernant la venue des forains », explique Nicolas Benatti, élu pilote du projet. « Nous devrions avoir 6 mois de travaux et être livrés dans l’été. » Au total, le coût de cette cure de jouvence du Gravier atteindra 1,5 M d’euros répartis entre l’Agglomération (500 000 euros) et la ville d’Agen, en plus d’un coup de pouce de 250 000 euros de l’État en raison de l’utilisation du parking par les employés de la cité administrative.

Moins de places mais toujours gratuit

Si aujourd’hui le parking compte entre 250 et 260 places occupées de façon plutôt aléatoire, elles devraient tomber officiellement à 234 places. Un peu plus que ce qui avait pu être annoncé par ailleurs. « Sur ces 234 places, les places PMR (ndlr, Personnes à mobilité réduite) seront mieux définies et on va ajouter quatre places pour les véhicules électriques dont une avec ce qu’on appelle « les super-chargeurs » », détaille Nicolas Benatti qui ajoute que ces places « véhicules électriques » pourraient être augmentées dans le futur. « On est toujours dans cette ligne de la promotion des mobilités douces donc, pendant les travaux, le câblage sera prévu pour développer ces places.»
A cela va s’ajouter une consigne à vélo, fermée et sécurisée, pour pouvoir y laisser son deux roues, le matin ou le soir, en toute sécurité en plus de la future station de vélo électrique Tempo Vélo (ndlr, installation qui était prévue de longue date après les travaux du parking.) Des aménagements d’éclairage et de sécurisation des espaces piétons ainsi que l’installation de 3 caméras de surveillance vont également être réalisés pour ajouter de la tranquillité pour les utilisateurs du site.
Une question concernant ces travaux inquiétait les Agenais. Le Gravier, payant ou pas payant ? « Pour ce mandat, ce n’est pas à l’ordre du jour », rassure Nicolas Benatti. Concernant le sujet, l’élu pointe qu’une majorité d’étudiants du lycée de Baudre utilise ce parking. « C’est un public vulnérable qu’il n’est pas bon de chargé financièrement. La question a été évoquée et cela viendra peut-être, mais ce n’est pas à l’ordre du jour pour le mandat actuel. » Quant à la création d’un parking gratuit avec navette-relais sur le site Agen-Agora pendant les travaux, le sujet a bel et bien été évoqué, mais rien n’a été acté pour l’instant.

Un parking qui n’en sera pas un

Ces travaux, supervisés par un architecte de France en raison de la nature « site remarquable » de la promenade, du Péristyle et des abords du Gravier, prévoit une restructuration totale du site. « L’objectif est de faire en sorte que le parking ne ressemble plus à un parking. Les travaux, une fois terminés,vont transformer le site de sorte à ce que, quand il n’y pas de voiture, il ressemble plus à une esplanade. On va réduire l’impact visuel des véhicules », poursuit l’élu. « Les places ne seront délimitées qu’aux angles, on va gagner 25 % d’espaces verts ». En effet, en plus des platanes qui bordent l’avenue du Général de Gaulle, 29 arbres seront plantés afin de valoriser le paysage. Tout comme sur la place Jasmin, ils permettront de pérenniser la création d’îlots de fraîcheur voulus par la municipalité pour enrayer les chaleurs étouffantes de l’été.
Pour ce faire, l’intégralité du sol du parking va être creusée sur environ 2,50 m de profondeur. En plus de ces créations d’espaces verts, ces travaux en profondeur vont permettre de restructurer intégralement le sous-sol du futur « parking-esplanade ». « Cette profondeur des travaux va notamment régler ce problème de mauvaise évacuation de l’eau de pluie ». Les eaux pluviales, qui stagnaient auparavant pourront enfin s’infiltrer dans les sols et ruisseler de façon souterraine pour rejoindre la Garonne. Le parking passera ainsi de 0% de perméabilité à 84%. Rendez-vous est donc pris d’ici quelques mois pour découvrir ce nouvel écrin de verdure, utile et agréable, aux portes du centre-ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 1 = 1