Villeneuve-sur-Lot : voie verte, Orpea… Le conseil municipal fait le point

Lors de la dernière séance du conseil, avant d'attaquer les 26 dossiers affichés à l'ordre du jour, le premier édile Guillaume Lepers a pris la parole pour actualiser, entériner et rétablir la vérité sur certains projets.

0 Shares

Si le conseil municipal du lundi 15 mai n’a pas duré plus d’une heure et demie, il aurait très bien pu se résumer aux mots préambulaires de Guillaume Lepers. Tout d’abord, le maire a souhaité témoigner de sa satisfaction quant au passage de nombreux projets qui ont fait l’objet de délibérations les derniers mois et années, aux statuts de réalisations en cours. « Par exemple, sur les allées Georges-Leygues, les derniers arbitrages ont été validés et la sélection des entreprises ne va pas tarder à débuter. Le chantier pourra commencer à l’automne. Les premières semaines seront consacrées aux réseaux avant d’attaquer le réaménagement de l’axe début 2024 », confirme-t-il. De son côté, les travaux de l’église Sainte-Catherine débuteront en fin 2023 pour « plusieurs années de chantiers. C’est indispensable pour préserver ce joyeux du patrimoine local qui a été mis à mal par des décennies d’absence d’entretien. » A noter que les fontaines du parvis de l’église, comme les espaces verts du musée de Gajac, sont au point. La végétalisation et la création d’ilots de fraîcheur se poursuivront à présent sur les places du 18 juin et Lafayette. Sur la rive gauche maintenant, la tribune du stade Max-Rousié de la Myre Mory va aussi faire peau neuve. « Ce projet comportera aussi la réfection de la piste d’athletisme », ajoute le premier édile. Villeneuve est une ville sportive, on l’a encore vu ces dernières semaines et week-ensd et on se doit d’avoir des équipements à la hauteur de nos clubs. »

« La voie verte ne sera pas privatisée »

Après avoir fait le tour de ce qui ne posait jusque-là que peu de soucis à la municipalité, le temps était venu d’aborder d’autres dossiers plus brûlants. En effet, la CAGV avance sur le projet de voie verte jusqu’au château de Rogé. Ayant récemment soumis la proposition de tracé à l’avis du public (voir notre hebdomadaire du 26 avril 2023), les opposants au dossier ne se sont pas fait prier pour se faire entendre. L’occasion pour Guillaume Lepers de jouer cartes sur table : « La voie verte, c’est un beau projet, synonyme d’atout touristique et économique et j’ai pu rencontrer tous les riverains et nous avons trouvé certains ajustements pour répondre à des remarques justifiées. Tous ne sont pas satisfaits, mais ce projet se fera et sera un atout pour notre ville, comme pour la vallée du Lot. » Petite piqûre de rappel à présent, compte tenu des rumeurs de reprises de l’édifice villeneuvois par un groupe privé. « Je tiens à préciser que, contrairement à un certain nombre de bruits de couloir imbéciles, la base du château de Rogé ne sera pas privatisée. Au contraire, nous voulons développer et diversifier les activités sur place. », au moins, c’est clair cette fois-ci.

Le déménagement d’Orpea désamorcé

« Après de nombreux échanges avec la direction d’Opéa , le projet de déplacement de la maison de retraite de la Tour de Pujols sur le site envisagé rue de Velours, ne se fera pas. » Ces derniers mois, le projet avait fait grand bruit, notamment auprès de riverains craignant la disparition d’arbres majeurs dans la zone de potentielle installation. « Il y a eu une vague de désinformation sans précédent à Villeneuve au sujet de ce dossier. C’est allé jusqu’à un dépôt d’insultes anonymes dans la boîte aux lettres de ma famille ! Je rappelle que la municipalité a refusé le permis de construire sur place. Aucune modification de PLUi n’a été accordée par l’Agglo. Je n’ai pas d’actions dans le groupe Orpea mais je suis convaincu que nous devons accompagner ces structures à Villeneuve pour conserver les services et les emplois », s’agace le maire villeneuvois. « Les réactions haineuses à destination d’un établissement d’accueil pour nos aînés ont été choquantes. » Cependant, tout n’est pas fini pour Orpea, la municipalité lui ayant proposé suite à son refus de permis, des sites alternatifs pour son implantation. « Ces discussions sont sur le point d’aboutir », précise-t-il enfin avant de clôturer cette parenthèse en amont du conseil.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 + 5 =