Boé : Début des travaux de forage pour la future station BIOGNV

Le 16 novembre dernier ont débuté les travaux de forage pour l'approvisionnement de la future station BioGNV de Boé chapeauté par GRDF, Territoire d'energie 47 et la SEM Avergies.

0 Shares

Les travaux de la future station BioGNV (la version renouvelable du Gaz Naturel Véhicule) de Boé ont démarré. Rendez-vous été donné jeudi 16 novembre pour début du chantier de forage de la future station chapeauté par GRDF, Territoire d’Energie 47 et la SEM Avergies. La société Rehacana, missionnée par GRDF, met en place une technique innovante pour des travaux moins impactants pour les riverains et en toute sécurité : le forage dirigé. Le forage dirigé est une technique qui permet de poser une canalisation sans creuser de tranchées. Cette technique permet de limiter les perturbations liées au chantier, en évitant divers obstacles tels que habitations, voies de roulement, équipement de surface, etc. Seul le terrassement d’un puit d’entrée et d’un puit de sortie est nécessaire pour installer le réseau de canalisations. En évitant la réalisation de tranchées, l’infrastructure est préservée au maximum et en termes de prévention, cette technique limite le risque d’ensevelissement ou de chute.

Bientôt une nouvelle station de BioGNV sur l’Agenais

Le Lot-et-Garonne, terre agricole par excellence, est un territoire ambitieux et prometteur dans le développement de la méthanisation agricole qui permet de produire le fameux carburant BioGNV. En Lot-et-Garonne, on compte à ce jour deux stations à Damazan et Villeneuve-sur-Lot qui permettent d’ores-et-déjà d’alimenter en gaz vert les véhicules du territoire. Dès mars 2024, c’est à Boé, près du marché aux bestiaux que sera déployée la troisième station. L’Agglomération d’Agen prévoit déjà d’y faire venir ses bennes à ordures ménagères, les véhicules légers des services techniques et ses bus. 
La station fait partie du réseau Témob (réseau de stations d’avitaillement dédiées aux mobilités durables créé par 14 structures publiques (Syndicats Départementaux d’Énergie) et semi-publiques (SEM et ELD)), qui prévoit le déploiement de 25 stations complémentaires à l’échelle régionale d’ici à fin 2025. 

Le Lot-et-Garonne, terre de gaz vert

« Avec le développement du gaz vert sur le territoire, c’est l’accès dès aujourd’hui à une énergie renouvelable, produite localement et créatrice d’emploi local », explique le réseau GRDF.  Territoire d’Energie Lot-et-Garonne (TE 47), collectivité compétente en matière d’énergie et d’énergies renouvelables en Lot-et-Garonne, a initié depuis 2018 son programme Co’meth 47 de développement de la méthanisation agricole et collective. Dans le Lot-et-Garonne, 3 unités de méthanisation injectent du gaz vert dans les réseaux de gaz, Pouchiou Energie à Astaffort, BioVilleneuvois à Villeneuve-sur-Lot et Geneste Biogaz à Villeréal, représentant une part de gaz vert dans les réseaux de plus de 7% des consommations. 6 autres unités sont en projet dans le cadre de Co’meth 47, portant la part de gaz vert à 12% d’ici 2026. «  Le Lot-et-Garonne a même le potentiel pour devenir un département exportateur d’ici 2050 ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 5 = 2