Les écoliers Villeneuvois s’initient au pruneau

Avec l’opération « Un pruneau dans l’assiette », la mairie de Villeneuve-sur-Lot veut faire la promotion de ce fruit emblématique de la commune auprès des écoliers.

0 Shares

Nicolas Mortemousque, président du BIP et Guillaume Lepers, maire de Villeneuve-sur-Lot, à la cantine de l’école Jean-Jaurès qui propose aux enfants de découvrir et déguster le pruneau

Non sans une pointe de chauvinisme, Guillaume Lepers l’affirme haut et fort, « Villeneuve-sur-Lot est la capitale mondiale du pruneau ! » Assez cocasse pour ce produit bénéficiant de l’IGP Pruneau d’Agen, mais effectivement produit en grande majorité sur les terres du Ville- neuvois. Depuis le mois de novembre, une vaste campagne en lien avec le BIP (Bureau national Interprofessionnel du Pruneau) vient mettre ce fruit sec directement sur le plateau des élèves de la ville. Toutes les deux semaines, en alternance entre plat et dessert, une recette à base de pruneaux est spécialement concoctée. Pour les aficionados de la prune, il est également possible de prendre du rab au détail, en plus du menu. « Je vois cette proposition comme une frian- dise supplémentaire », s’enthousiasme le maire de Villeneuve-sur-Lot. Certains enfants s’en régaleraient à plusieurs reprises, selon les cantinières de l’Ecole Jean-Jaurès.

1 tonne de marchandise a été mise à disposition sous forme de don parle BIP à la mairie de Villeneuve-sur-Lot dans le cadre de l’opération «Un Pruneau dans l’Assiette».

Du côté du BIP, on souhaite promouvoir « le manger sain et local. C’est un produit qui est riche en fibres, vitamines, sucres lents et rapides. Il apporte plein de bénéfices. » L’idée est aussi de rajeunir le public qui mange des pruneaux. « L’âge moyen des consommateurs est de 65 ans donc il est important de faire bais- ser ce chiffre. » Au-delà de convaincre un jeune public, « il y a aussi une péda- gogie à faire auprès des parents sur les bienfaits du pruneau », juge Guillaume Lepers. En bon défenseur du patrimoine communal, le premier édile imagine que l’opération pourrait s’étendre aux com- munes du Grand Villeneuvois voire du département. « Il y a encore des enfants qui ne connaissent pas le pruneau, ce sont pourtant eux les ambassadeurs de demain ». Et si l’essayer, c’était l’adopter ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *