Déjà dix ans de tournages en Lot-et-Garonne

Créé en 2011, le Bureau d’accueil de tournages a permis à 62 films et documentaires de se dérouler dans le département.

0 Shares

Le film « Mercenaire », réalisé par Sacha Wolff en 2016 et notamment tourné à Fumel

Jusqu’en 2011, la référence des films tournés en Lot-et-Garonne remontait à 1994, à Villeneuve-sur-Lot, avec Les Roseaux sauvages, œuvre d’André Téchiné couronnée de quatre César dont celui du meilleur film. « Les tournages ne venaient que de façon sporadique, note Hervé Bonnet, directeur du Bureau d’Accueil de Tournages (BAT 47). Il n’y avait pas de récurrence et encore moins de suivi et de démarchage. » Jusqu’à ce que Pierre-Henri Arnstam, maire de Villereal à l’époque, ne décide de mettre à profit sa longue carrière en télévision pour créer la structure ayant pour objectif principal que le département accueille régulièrement des tournages. En cette fin d’année, le Bureau fête ses 10 ans et le contrat est plus que rempli puisque ce sont notamment 17 longs-métrages qui ont été tournés tout ou partie dans le département ainsi que 33 courts-métrages et 12 documentaires. « Cela représente quasiment 2 ans de tournage et parmi ces films, un court a obtenu un César », se réjouit le directeur, heureux de voir un dur travail récompensé.

Près de 800 lieux de tournage potentiels

Pour atteindre ces chiffres, le BAT 47, qui fonctionne avec trois salariés et le président-bénévole, s’appuie bien évidemment sur la richesse du territoire départemental. « Nous avons référencé près de 800 lieux très variés, détaille Hervé Bonnet. Si parmi cela, rien ne convient à la production du film, nous effectuons un travail de pré-repérage en allant chercher sur le terrain ce qui pourrait convenir. » Un gros de travail de prospection est notamment effectué pour faire venir les productions. « Parmi les films financés par la région, nous visons ceux qui peuvent se dérouler ici. Soit on vient nous chercher, soit on sollicite directement l’équipe qui n’a pas encore de lieu précis dans le secteur. » L’accompagnement va plus loin. Simultanément à la création du BAT, le Conseil départemental se dotait d’un fond de soutien cinéma dont la structure assure la coordination. En plus de l’activité culturelle et des bénéfices en termes d’images, l’association joue un rôle économique important lors de la venue des productions. « Un long-métrage qui se tourne en Lot-et-Garonne, c’est comme si une PME s’installait pendant deux mois, précise le directeur. Il faut nourrir et loger les équipes et nous incitons les productions à travailler avec les entreprises et techniciens locaux. Ce qui fait qu’avec la récurrence des tournages, certains ont pu prendre des responsabilités et quitter Paris pour revenir ici. Au total, on estime que pour 1€ de production, les retombées vont de 3 à 5 € pour l’économie départementale. »

Objectif

«Le bonheur est dans le pré»,version 47

Dans une éternelle phase de remise en question, le BAT 47 va plus loin que l’accueil et l’accompagnement des productions. Un important travail d’éducation au cinéma est mis en place avec notamment la création de COMETT (Courts métrages et Territoires), une plateforme qui diffuse des courts-métrages tournés dans le département mais qui met aussi à disposition les documents techniques qui y sont liés (scénario, plan de découpage, etc.) afin de mieux apréhender tout l’univers d’une production filmique. Une initiative récompensée par le 1er prix du Boost Campus. « Pour nous, il est aussi important de monter des projets transversaux avec l’ensemble des acteurs culturels du territoire. C’est aussi ce que l’on veut mettre en valeur dans notre fête d’anniversaire. » Des résidences d’écriture ont également été lancées avec les réalisateurs et scénaristes qui viennent directement chez nous pour écrire. « On est partis du principe que les projets écrits dans le département ont le plus de chance d’être tournés ici. » Pour Hervé Bonnet, l’objectif est désormais d’accueillir « Le bonheur est dans le pré », version lot-et-garonnaise. Dans les années 1990, ce film avait mis un énorme coup de projecteur sur le Gers. « Nous espérons que 2022 soit notre meilleure année. Nous croisons les doigts car de très beaux projets pourraient arriver », souffle le directeur, un brin mystérieux…

Le programme des 10 ans du BAT

Pour fêter ses 10 ans d’existence, le BAT 47 organisait toute la semaine des séances de films tournés en Lot-et-Garonne en présence des équipes techniques, dans les cinémas du département. En point d’orgue, une soirée est organisée ce jeudi à partir de 18h au Campus numérique d’Agen. L’entrée est gratuite et soumise au pass sanitaire. Sur place, des courts-métrages inédits seront diffusés et diverses animations comme un quizz, un blind test ou une découverte de la plateforme COMETT seront disponibles. Enfin, un espace restauration et buvette permettra de participer à une tombola avec de nombreux lots à gagner.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

22 − 18 =