Covid-19 : Chiffres à la hausse, les adultes actifs premiers concernés ?

Les indicateurs épidémiques continuent de flamber, notamment chez les populations les plus jeunes alors que la campagne vaccinale bat son plein

0 Shares

A l’occasion du désormais traditionnel point presse de la Préfecture, le bilan des chiffres de la semaine a permis de mettre en évidence une nette hausse des indicateurs épidémiques en l’espace de sept jours. Le taux d’incidence est ainsi passé au-dessus des 1000 sur l’ensemble de la Nouvelle Aquitaine. Avec un taux de 1556,3 pour 100 000 habitants, le Lot-et-Garonne fait « mieux » que son camarade des Pyrénées-Atlantiques qui réalise le double avec un taux de 3027,7. Des chiffres qui restent tout de même très inquiétants. Joris Jonon, directeur départemental de l’ARS constatait que « les populations les plus jeunes sont celles qui ont le taux le plus important. » Ainsi, pour la première semaine de l’année 2022 sur le département, le tranche de 15-44 ans affichait le score impressionnant de 2514,5 cas pour 100 000 habitants, soit près de 2,5% de cette population. A l’heure actuelle, cette flambée épidémique ne s’est pas encore répercutée sur les chiffres à l’hôpital qui restaient stables par rapport à la semaine passée avec 66 personnes hospitalisées dont 5 en réanimation. « La prudence reste de mise car nous savons qu’il y a un temps de décalage entre les indicateurs épidémiques et les chiffres à l’hôpital », commentait Joris Jonon. La médecine de proximité est en revanche au plus près de ce phénomène puisque les données remontées par SOS Médecins révélaient que 7,8 % des consultations auprès de la médecine libérale concernait des cas ou des suspicions de COVID. Aux urgences hospitalières, ce chiffre était à hauteur de 5%, une donnée non-négligeable quand on connait la pression sur les services d’urgence dans notre département.

Le taux d’incidence a gagné plus de 650 points en l’espace d’une semaine. Si les chiffres des hospitalisations restent stables pour l’heure actuelle, il est à craindre que cette flambée des indicateurs se répercutent sur la pression hospitalière dans les jours et semaines à venir.

73 classes fermées dont 56 faute de profs

Alors que l’inspection académique insistait la semaine passée sur la nécessité de trouver des solutions de remplacement de professeurs malades avec notamment l’apport de contractuels ou de retraités, 56 classes ont malgré tout dû être fermées, faute de remplaçant trouvé pour assurer la classe aux élèves. En ajoutant à cela les 17 classes fermées car concernées par plus de 5 cas de COVID-19, le total se porte donc à 73 à l’heure actuelle. Patrice Lemoine, l’inspecteur académique, précisait que, suite aux manifestations ce jeudi 13 janvier, « nous n’avons pas encore eu d’instructions précises pour décliner les discussions d’hier entre le premier ministre et les syndicats. Nous restons pour l’instant sur les trois auto-tests et la simplification du renvoi des enfants dans la journée. Je tiens à clarifier cette mesure car c’est un argument qui a été utilisé sur le plan national. En Lot-et-Garonne, les enfants n’ont pas été renvoyés sans ménagement mais cela a été fait avec une adaptation en fonction des possibilités des parents. » Par ailleurs, la CAF du Lot-et-Garonne rappelait l’existence d’un dispositif spécial sur le site monenfant.fr afin que les personnels prioritaires puissent trouver un mode de garde ponctuel pour les enfants concernés par ces mesures de fermeture.

Vaccination : des doses disponibles à très court-terme

La cadence vaccinale s’intensifie en Lot-et-Garonne avec 19 400 injections effectuées cette semaine. Joris Jonon l’assure, « l’anticipation a été le maitre-mot pour éviter des phénomènes de saturation. Des doses sont disponibles à très court terme. Ce matin, à 10h et jusqu’à la fin de la journée de samedi, il restait par exemple 600 rendez-vous disponibles. Il n’est donc pas nécessaire, à l’heure actuelle, d’ouvrir des créneaux le soir et le dimanche. » L’ARS va néanmoins poursuivre sa séquence « aller-vers » avec une opération de vaccination dimanche matin à Astaffort avec et sans rendez-vous. Enfin, les ouvertures de rendez-vous pour les 5-11 ans ont été priorisées et des créneaux restaient encore disponibles le mercredi et le samedi. Là encore, « il n’y a pas de saturation du dispositif en place », selon le directeur départemental de l’ARS. A ce jour, 257 405 personnes ont au moins reçu une dose de vaccin, soit 77,9% de la population ; 252 592 présentent un schéma vaccinal complet (76,5 %) et 151 152 personnes ont reçu une injection de rappel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

34 + = 41