Béguinage : un nouveau modèle d’habitat inclusif pour les séniors

Le Château d’Or, c’est le futur lieu de béguinage qui va ouvrir ses portes à Agen en septembre. L’objectif, proposer aux séniors des logements adaptés, le tout dans un lieu de vie répondant à leurs besoins et favorisant la convivialité.

0 Shares

Le maintien à domicile des personnes âgées est un objectif clair et affiché tant au niveau national que local, pour permettre à nos aînés de conserver une autonomie, et proposer une alternative aux maisons de retraite, que beaucoup redoutent. Pour cela, des initiatives émergent depuis quelques années, pour répondre aux besoins qui ne cessent de grandir. L’Association ‘Vivre en béguinage’, créée en 2017, et émanant du groupe Vivr’Alliance basé à Perpignan, accompagne les « personnes âgées autonomes ou en perte d’autonomie du fait de leur âge ou de leur handicap, dans le but de maintenir le lien social, lutter contre l’isolement, la solitude et les exclusions ». Pour cela, les fondateurs, Thierry Predignac, Christophe Baiocco et Vincent Bel, portent des projets de béguinage dans tout le pays. A ce titre, l’association a été reconnue d’intérêt général il y a deux ans. Le concept revient tout juste sur le devant de la scène, puisqu’il est né au Moyen-Âge. A l’époque, des femmes seules se regroupaient auprès d’une église dans un espace protégé où régnaient bienveillance et entraide, tout en conservant une vie autonome. Toujours centré autour de ces principes, le béguinage s’est modernisé pour créer des espaces dédiés au ‘bien-vieillir’, avec des services de gardiennage ou encore d’animation grâce à un coordinateur présent sur place. Ils sont financés grâce à l’économie sociale et solidaire, avec la foncière France Béguinages, détenue majoritairement par le fonds Amundi, et rejoint depuis peu par la Banque des Territoires. « Certains, intéressés pour rejoindre un béguinage, suivent le projet depuis son lancement et participent à nos réunions pour se tenir informés des nouvelles implantations » constate Isabelle Maccio, chargée de communication pour l’association. 

L’isolement et l’exclusion, un fléau

« Notre but à travers ce concept, est de lutter contre l’isolement et l’exclusion, véritable fléau de nos jours. Ici, le vivre ensemble règne puisque nous favorisons les interactions sociales ». Quatre lieux ont déjà ouvert leurs portes, tandis qu’un cinquième va voir la jour à Agen (le premier de la région), boulevard Edouard Lacour. Il sera nommé Le Château d’Or, et devrait être finalisé en septembre. L’ensemble prévu se veut « moderne et à taille humaine ». Il prévoit la construction de 22 appartements médicalisables de deux et trois pièces, le tout accessible aux personnes à mobilité réduite. On y retrouvera aussi des chambres d’accueil pour les familles, et des espaces de convivialité comme un salon-bibliothèque. L’endroit a été choisi pour sa facilité d’accès au centre-ville, sa proximité avec des commerces et services essentiels, critères à prendre en compte en raison des besoins de la cible. « Les loyers sont modérés, une volonté de notre part pour les rendre accessibles au plus grand nombre. Ils ont été fixés entre 410 et 594€. Certains  habitants seront peut-être même éligibles à l’aide à la vie partagée, subvention individuelle versée par le Conseil départemental au porteur de projet pour lui permettre de « pérenniser notre modèle d’accompagnement centré autour de la veille et la sécurisation de la vie à domicile, du soutien à l’autonomie des habitants. » Pour informer les Agenais sur l’arrivée de ce tout nouveau lieu de vie pour séniors, une réunion d’informations a été organisée ce mardi 18 janvier au centre culturel Lapoujade au Passage d’Agen. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

13 − 11 =