Le jeune espoir de l’athlétisme français Quentin Cousin soutenu par la Ville

Spécialiste du 200 mètres, Quentin Cousin pourrait bien atteindre le haut niveau de l’athlétisme français. Pour le soutenir, la Ville a versé une subvention exceptionnelle à son club.

0 Shares

C’est au stade Robert Rabal, dans le local du SUA Athlétisme, que nous retrouvons une étoile montante de l’athlétisme français. Quentin Cousin, 20 ans, licencié au club depuis plus de dix ans, a déjà de belles performances à son actif. Il a glané un titre de champion de France junior sur 200 mètres, sa spécialité, et vient tout récemment de monter sur la plus haute marche du podium aux championnats Pré-France, qui se sont déroulés à Nantes le 6 février. Des résultats plus qu’encourageants qui lui permettent d’être actuellement le deuxième performeur français junior sur cette distance, réalisant au passage la quatrième performance européenne. « Il figure également sur la liste de relève des athlètes de haut niveau établie par le Ministère des Sports en vue des Jeux Olympiques de Paris 2024 », ajoute son entraîneur, Olivier Gui, également impliqué sur le plan fédéral puisqu’il est Directeur technique adjoint chargé du running. Voilà un jeune au fort potentiel, et la Ville d’Agen a décidé de lui apporter son soutien en signant une convention particulière avec le club agenais. « Si nous sommes là, c’est pour contractualiser un soutien plus fort avec les associations sportives. Au-delà du régime de subvention ordinaire, nous souhaitons aller plus loin puisque nous nous sommes rendu compte que nous n’avions pas de régime d’aides pensé pour le haut niveau, et il faut en faire plus pour certains athlètes », explique Jean-Baptiste Chipy, chef de service Sports et Loisirs à l’Agglomération.

Conserver les talents locaux

En clair, la collectivité a octroyé une subvention de 2 000€ au SUA Athlétisme, fléchée en direction de Quentin, pour lui apporter l’accompagnement nécessaire à ses objectifs, à savoir atteindre le niveau Elite sénior dans sa discipline de prédilection, le 200 mètres. Parce qu’une saison de haut niveau, entre les déplacements, les suivis médicaux, et autres, représente une facture à quatre chiffres. « Agen a parfois de vrais talents, à l’instar de la nageuse Marie Naffah ou encore Gabriel Tual, qui a participé aux Jeux de Tokyo dans la catégorie du 800 mètres. Ils participent à donner une très bonne image de la ville, et de leur club, mais finissent par partir, notamment dans le cadre de la poursuite de leurs études », souligne Jean-Baptiste Chipy. Pour exemple, le SUA Athlétisme peut se targuer d’être un très bon club formateur… « Fournisseur officiel de jeunes talents ! », plaisante Olivier Gui. L’idée par cette convention d’un nouveau genre, est de faire la bascule pour permettre aux jeunes de rester un maximum dans leur club formateur. C’est d’ailleurs la volonté de Quentin Cousin. Et la Ville a déjà ciblé quelques autres pépites à suivre. Actuellement blessé, le jeune sprinteur va entamer une phase de rééducation avant de reprendre la course dans un mois. Mais il ne perd pas ses objectifs des yeux : « Je souhaite passer sous la barre des 21 secondes au 200 mètres et peut-être viser une participation aux Jeux méditerranéens en juin prochain. A plus long terme, j’ai évidemment les JO de Paris en ligne de mire mais il faudra travailler beaucoup plus », rêve-t-il. En tout cas, au club, on lui reconnaît une qualité d’« hypercompétiteur »…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

29 − 25 =