La commune de Sainte-Livrade conforte sa politique sécuritaire

La ville de Sainte-Livrade a signé cette semaine un contrat de sécurité avec les services de l’Etat. Il vient renforcer une coopération déjà forte entre la commune et les partenaires de sécurité.

0 Shares

C’est un renforcement de la politique sécuritaire mise en place par Pierre-Jean Pudal, depuis son arrivée à la tête de la commune de Sainte-Livrade, en 2014, qui a été acté cette semaine avec les partenaires de sécurité. En présence d’Arnaud Bourda, sous-préfet de Villeneuve-sur-Lot et d’Emmanuel Houze, colonel commandant le groupement de gendarmerie de Lot-et-Garonne, les actions menées au quotidien et celles devant l’être encore, ont été détaillées. Du côté de la sous-préfecture, on se félicitait ainsi de « chiffres encourageants sur le territoire entre 2017 et 2021 avec une baisse de la délinquance dans tous les domaines, à l’exception des stupéfiants. Ce sont les fruits du travail entre la gendarmerie et la politique de la ville. »

Il reste donc des points à améliorer, à l’image des incivilités ou des actes de délinquance. Le contrat signé permettra un travail plus efficace. « Nous renforçons cette phase d’action en continuité avec ce que nous faisons déjà, précisait le colonel Emmanuel Houze. Nous allons également développer la prévention avec nos partenaires, grâce à un meilleur ciblage de nos actions, notamment en accentuant notre présence dans les établissements scolaires. »

Bientôt des caméras aux entrées de ville

La ville de Sainte-Livrade est la première commune du département à bénéficier de ce dispositif dont l’objectif prioritaire est de garantir la sécurité et la tranquillité de la population. Une certaine fierté pour Pierre-Jean Pudal qui a fait de la sécurité, un cheval de bataille. « On augmente les liens existants avec une meilleure organisation des services, jugeait le maire. Sur les stupéfiants, bien qu’il y ait eu une relative hausse, depuis que nous avons pris en main ce dossier, nous voyons de moins en moins les dealers dans nos rues. Nous devons continuer à les chasser car, même si on ne parvient pas à stopper le trafic, le fait qu’ils soient cachés n’incitera pas de nouveaux consommateurs à franchir le pas. » La commune compte aller plus loin dans sa politique avec pour projet des caméras sur les cinq entrées de ville afin de parvenir à identifier des délinquants coupables de délits entrant et sortant de la ville, notamment dans le cadre de cambriolages. Le coût de cette installation restait à étudier. Pour les services de l’Etat, un nouveau contrat de sécurité sera prochainement signé avec un regroupement comprenant les communes d’Aiguillon, Port-Sainte-Marie, Damazan et Buzet-sur-Baïse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

28 − = 20