Isaac, lycéen à Ste-Livrade, remporte un concours au Salon de l’Agriculture

Isaac Fletcher, jeune lycéen à Etienne-Restat, âgé de 16 ans, a remporté le concours de jugement des animaux par les jeunes, organisé dans le cadre du Salon de l'Agriculture.

0 Shares

C’est en véritable héros qu’Isaac Fletcher, jeune lycéen de 16 ans, a été accueilli ce vendredi par ses camarades et professeurs du lycée Etienne-Restat, à Sainte-Livrade. Ils étaient plus d’une centaine à l’attendre fièrement dans le froid et sous la pluie, banderoles et petits cartons à la main pour l’acclamer et lui rendre hommage. La veille, il a en effet remporté un premier prix dans le cadre du prestigieux concours agricole, organisé tous les ans en marge du Salon de l’Agriculture. Un Graal qui vient récompenser le travail de plusieurs années pour de nombreux producteurs et qui pourrait bien marquer là, le début d’une prometteuse carrière pour cet élève de terminale STAV (Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant). « J’aime bien travailler avec les animaux », confesse en préambule l’étudiant qui n’est pourtant pas issu d’une famille d’agriculteurs. « Toute ma classe avait été inscrite pour une étape de pré-sélection départementale en décembre dernier, précise-t-il. De mon côté, je n’étais pas forcément prêt, mais j’ai réussi à finir parmi les 18 finalistes nationaux amenés à concourir au salon de l’agriculture. » Certainement un brin de modestie aux yeux de Mandy Varin, formatrice en zootechnie qui l’a beaucoup encouragé, fière de voir son poulain revenir médaillé de Paris. « Je l’ai inscrit au concours et il a pu travailler sur toute la documentation que je lui ai donnée, complète-t-elle. Il a également bénéficié du soutien et de l’accompagnement de Cyril Fortunel qui avait gagné le même concours en 2020. »

Un avenir professionnel déjà dessiné

Voilà comment on se retrouve, à 16 ans, à prendre part à une épreuve du concours général agricole. « C’est la première fois que j’allais au salon de l’agriculture, c’était assez impressionnant mais je n’avais pas plus d’appréhension que cela », explique Isaac, qui était accompagné à Paris par sa professeur principale, Cécile Rigal. « J’ai joué un véritable rôle d’agent et de coach mental », plaisante celle qui est professeur d’économie et qui lui a peut-être permis de se libérer d’une certaine pression au cours d’une petite visite des joyaux du patrimoine parisien. Dans le concours de jugement des animaux par les jeunes, Isaac « boxait » dans la catégorie de la Blonde d’Aquitaine. Le but du jeu, inspecter quatre vaches et remplir une grille de notation de l’animal sur des critères de développement musculaire et squelettique, d’attitude fonctionnelle et de qualité de race. Le candidat dont la grille collera le mieux à celle effectuée par un jury professionnel, remportera le concours. Avec un temps imparti de 1h au total, il ne fallait pas trop trainer, d’autant qu’en cas d’égalité, c’est la durée qui allait départager les ex-aequo. Isaac a malgré tout pris son temps pour remplir une grille parfaite, ce qu’aucun de ses 17 adversaires n’est parvenu à faire. « J’ai mis 32 minutes au total, ce qui fait que j’ai fini dans les derniers mais je suis resté concentré sur ce que je faisais », complète Isaac. Premier prix de ce concours, le lycéen a été félicité par Sophie Borderie, la présidente du Conseil départemental présente ce jour-là, et forcément heureuse que son département brille au concours agricole. Au-delà de la distinction honorifique, la certification obtenue par Isaac constitue un véritable titre professionnel, alors qu’il passera le bac en fin d’année. Cela peut lui permettre d’exercer le métier de pointeur sur la Blonde d’Aquitaine, particulièrement précieux pour la reproduction dans les élevages où l’enjeu est de sélectionner les meilleures bêtes afin de faire perdurer la qualité de la race. Si à 16 ans, son projet n’est forcément pas encore totalement défini, bien qu’il souhaite exercer auprès des animaux, nul doute que ce trophée va lui donner un coup de boost pour sa vie future.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

65 − 61 =