CAF 47 : le nouveau bureau souhaite accélérer le maillage du territoire

Avec le renouvellement de son conseil d’administration, la Caf de Lot-et-Garonne souhaite travailler de manière collégiale pour se projeter sur un avenir qu’elle souhaite remplit de nouvelles initiatives.

0 Shares

Le renouvellement du bureau est un moment particulièrement important pour la Caisse d’allocations familiales de Lot-et-Garonne. Au total, ils sont 24 à composer cette assemblée, et pour chapeauter tout ce petit monde, la nouvelle présidente, Béatrice Lavit (CGT-FO), auparavant première vice-présidente, est entourée de trois vice-présidents, déjà rodés à l’exercice. Audrey Simonot (Medef), Emmanuel Lopez (CGT) et David Brugidou (Udaf), étaient tous administrateurs sur la mandature précédente. Désormais, le travail se met en place en lien avec la directrice de la CAF 47, Virginie Monti. « Nous croyons à la force du collectif pour susciter l’intérêt de tous sur des matières on le sait techniques », appuie la présidente. Une place importante sera donc donnée au débat dans l’ensemble des sujets abordés, avec des formats ateliers mis en place régulièrement, pour que chaque administrateur s’approprie le mandat et soit acteur du changement. Tout au long de ces quatre ans, le conseil d’administration, dont plus d’un tiers des membres ont été renouvelés, devra assurer le bon fonctionnement de cette administration locale. D’ores et déjà, une bonne partie du travail a été engagée sur le contrat pluri-annuel d’objectifs et de gestion (CPOG) 2023-2027, qui découle de la convention nationale signée entre l’Etat et la branche famille, et fixe le cap et l’enveloppe financière. Pour cela, ils auront aussi à définir la politique locale d’action sociale et voter les budgets de gestion, tout en veillant à améliorer les relations avec les usagers.

Ne pas s’enfermer dans la sphère sociale

« L’échange de points de vue est important pour utiliser les fonds locaux d’action sociale de la manière la plus appropriée et mettre en place des actions concrètes adaptées aux besoins des usagers », souligne Béatrice Lavit. Pour cette dernière, le recours aux droits tient une importance particulière, tout comme ses vice-présidents, sur la même longueur d’onde. « Nous entendons beaucoup parler des fraudes, que nous sommes capables de détecter plus facilement aujourd’hui. Mais il est nécessaire d’aller plus loin dans la protection de ceux qui ne réclament pas leurs droits. » Le RSA est particulièrement concerné par ce fléau. L’objectif pour les élus, c’est aussi, au-delà de leur fonction, de changer l’image de la CAF considérée pour la grande majorité comme une grosse machine bureaucratique dont le rôle est de verser des prestations sociales. « Nous voulons mettre le paquet sur la branche famille, et mailler au mieux le territoire. Nous sommes aussi un service qui profite à tous les Lot-et-garonnais, avec les crèches et autres structures d’accueil que nous finançons grâce aux cotisations sociales », souligne Virgnie Monti. Durant la période de covid, les investissements se sont logiquement ralentis, et tous espèrent que cela va repartir de plus belle, d’autant qu’une belle fenêtre de tir s’est ouverte cette année, avec beaucoup d’aides attribuées à la petite enfance. Avis, donc, aux porteurs de projet !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

83 − 78 =