L’Agglo confirme son soutien à la filière biologique

En signant une convention de partenariat avec Agrobio 47, la Communauté d’Agglomération du Grand Villeneuvois (CAGV) a réaffirmé son soutien à l’agriculture biologique.

0 Shares

C’est avec un acteur très engagé dans le développement de l’agriculture biologique que l’Agglomération du Grand Villeneuvois (CAGV) vient de signer un partenariat. « Agrobio 47 est l’un de nos partenaires les plus solides, disait en préambule Guillaume Lepers, président de l’Agglo. Ils sont toujours présents sur nos manifestations et interviennent sur le programme alimentaire territorial (PAT) qui représente l’avenir en termes d’alimentation et de circuits courts. » La signature d’une convention vient donc marquer dans le marbre les engagements communs en faveur du développement de la filière biologique. « C’est un début et j’espère qu’on pourra engager des actions supplémentaires dans les années qui viennent, complétait Irène Carrasco, présidente d’Agrobio 47. Nous aurons trois rendez-vous important cette année, en lien avec l’Agglo. Un café-installation pour les porteurs de projet en bio, une rencontre avec des agriculteurs dans le cadre du PAT et enfin un stand pour la 17e Foire du Bio en septembre prochain. » Des engagements qui satisfont la Présidente et qui viennent conforter les efforts engagés par l’association depuis de nombreuses années. « Nous travaillons en bonne entente avec la Chambre d’agriculture, complète-t-elle. Nous avons monté un pacte bio en Nouvelle-Aquitaine avec la Chambre

« Répondre à la résilience alimentaire »

Il faut dire que la filière biologique a le vent en poupe depuis quelques années et les clichés sur la Bio, ne sont plus qu’un lointain souvenir. « Il y a une communication importante auprès des consommateurs pour expliquer pourquoi un produit est cher, précise Irène Carrasco. Pour faire pencher la balance, il faut aussi voir qu’en cuisinant les produits par soi-même et en mangeant moins de viande mais de meilleure qualité, ça ne coûte pas plus cher. » A l’instar du conventionnel, l’agriculture biologique a aussi fait les frais de la baisse du pouvoir d’achat des Français. « Il est vrai que nous avons eu une croissance à deuxchiffres durant plusieurs années mais désormais ça ralentit », commente l’agricultrice. D’où l’importance de conventionner avec les collectivités et de continuer à sensibiliser les citoyens. « Quand le pouvoir d’achat se tend, c’est l’alimentaire qui prend en premier. C’est là que le PAT prend une dimension très importante », déplore Guillaume Lepers, complété Xavier Mars, son adjoint en charge du monde agricole à la mairie de Villeneuve : « L’enjeu est de répondre à la résilience alimentaire et d’assurer notre sécurité de ce point de vue, avant d’essayer de rayonner au-delà de notre département. Il faut aussi répertorier les producteurs sur notre territoire et accompagner leur savoir-faire pour atteindre l’excellence. » En 2020, 17,7% des fermes du département étaient engagées en Bio alors que les installations et reprises d’exploitation sont en hausse de 30% avec une part importante de femmes parmi ces repreneurs. Plus que jamais, l’agriculture biologique, c’est l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

58 − 50 =