Un bus pour renforcer le lien social et manger local

La Régie de territoire de la Vallée du Lot lance son « Cuisi’bus » un projet de distribution de paniers de fruits et légumes locaux, et d’animation d’ateliers culinaires.

0 Shares

Dans les semaines qui viennent, c’est un bus coloré et décoré de jolis fruits et légumes qui déambulera dans les communes de l’Agglomération du Grand Villeneuvois. Le Cuisi’Bus est le dernier projet lancé par le pôle lien social de la Régie de territoire de la Vallée du Lot. « Nous sommes dans une démarche du ‘aller-vers’ sur un territoire rural, présente Zoé Caute, chargée de lien social au sein de l’association. Notre objectif est d’aller chercher les ‘invisibles’ en répondant à des problématiques de mobilité et d’isolement. » Une démarche militante pour également pousser les gens à mieux consommer. « Il faut briser le schéma de consommation classique, estime-t-elle. C’est pourquoi nous mettons aussi en avant le principe de la vente à la ferme qui n’est pas forcément connu de tous. » Avec le Cuisi’Bus, c’est la ferme qui viendra à la population. « On récupère de la marchandise provenant de nos partenaires agricoles puis on intervient sur une commune, détaille Zoé. Nous confectionnons alors des paniers puis nous proposons des recettes en lien avec les produits qu’ils contiennent. Il est important de préciser qu’on peut venir pour la recette sans prendre un panier et inversement. Par ailleurs, une personne qui n’a vraiment pas les moyens peut quand même venir alors que, à contrario, ceux qui sont moins dans le besoin peuvent venir aussi et donner un peu plus. »

Qualité et provenance des produits au cœur du projet

Des valeurs de solidarité qui viennent se compléter avec les actions mises en place par l’Agglomération du Grand Villeneuvois, selon la chargée de lien social : « La Régie est déjà partenaire de l’Agglo sur le Programme alimentaire territorial (PAT), nous travaillons en lien étroit. Nous avons le même objectif, à savoir rassembler les acteurs. Le Cuisi’Bus peut également être une réponse au PAT. La question de l’alimentation sur la qualité et la provenance des produits est primordiale. Notre objectif est de travailler local et de ne pas aller dans les Pour l’heure, le Cuisi’Bus avancera donc seul avec comme rythme de croisière après le lancement, deux à trois inverventions par semaine qui durent une demi journée. Les communes où le bus interviendra, communiqueront directement auprès des habitants qui devront aller impérativement s’inscrire, les stocks étant limités et les ateliers de cuisine pouvant accueillir un nombre restreint de personnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

43 − 35 =