Un appartement pour les relogements d’urgence

Le bailleur social Domofrance met à disposition de la mairie de Villeneuve-sur-Lot un appartement de son parc immobilier, gratuitement, afin de reloger en urgence des personnes dans le besoin.

0 Shares

C’est un partenariat historique qui a été signé la semaine dernière entre Domofrance et la mairie de Villeneuve-sur-Lot. Le bailleur social met en effet à disposition de la ville un appartement de son parc immobilier et ce à titre gratuit. L’objectif : pouvoir reloger en urgence des personnes victimes de sinistre, notamment. « La génèse du projet date d’il y a deux ans, quelques temps après notre prise de fonction, se souvient Xavier Mars, adjoint au maire en charge du logement. J’effectuais ma première astreinte pour la mairie et Ciliopée venait de fusionner avec Domofrance. Ce jour-là, une de leur maison a brûlé. On s’est alors rendu compte que nous ne disposions pas de solution transitoire pour reloger des sinistrés, en dehors de l’hôtel. Nous avons donc très vite échangé avec eux pour aboutir à cette convention. » Sensibles aux arguments de la municipalité, les dirigeants se mettent alors en quête du logement répondant à ce besoin. « Dans bailleur social, il y a social, rappelle Nicolas Muller, directeur exécutif de Domofrance. La sollicitation de la ville était pertinente, ce qui donne lieu à ce partenariat historique, une première dans le département. Ce sont des situations auxquelles nous avons déjà été confrontées, elles nous mobilisent pleinement. »

Priorité aux familles avec enfants

Si le lieu exact de l’appartement est tenu secret, c’est à proximité du centre-ville qu’il se situe. « Il fallait un logement familial, disponible et proche de toutes les commodités et administrations, » précise Sandrine Costa, en charge de la gestion locative pour le bailleur. Cette dernière condition est essentielle afin que les personnes sinistrées puissent effectuer sans problème l’ensemble de leurs démarches avant de trouver un nouveau logement pérenne. Le bien, un T3, sera géré au quotidien par le centre communal d’action social (CCAS) qui devra simplement répondre à l’appel de provision de charges. « Le logement fait 67 m2, il dispose de deux chambres et un salon afin de pouvoir accueillir des familles, complète Didier Laprie, directeur du CCAS. Nos équipes sont actuellement en train de le meubler, grâce notamment au concours des commerçants du centre-ville que nous remercions. C’est le deuxième logement géré par nos services, le premier étant détenu par Habitalys et réservé aux personnes victimes de violences intra-familiales. » L’accueil des familles sinistrées est provisoire, le CCAS mettant en place des contrats courts mais renouvelables. « Ce logement n’est pas prévu pour l’accueil de réfugiés, a tenu à compléter le maire Guillaume Lepers. Avec les Ukrainiens, par exemple, nous avons été amenés à travailler différemment. » Si élus comme bailleur espèrent que l’appartement serve le moins possible, des règles d’attribution ont été définies. « Si plusieurs foyers sont sinistrés, la priorité sera donnée à une famille avec enfants, les autres iront à l’hôtel, poursuit le premier édile. Si malheureusement, on se rend compte que le logement est très utilisé, nous pourrions revenir très vite vers Domofrance. »

24 nouveaux logements pour Domofrance, premier bailleur social de la ville

Si la municipalité de Villeneuve-sur-Lot a signé ce partenariat avec Domofrance, c’est aussi parce qu’il est le premier bailleur social de la ville. Parmi ses 3500 logements en Lot-et-Garonne, 880 sont situés en Grand Villeneuvois, dont 755 dans la sous-préfecture. Un parc qui va prochainement s’agrandir puisque 24 maisons vont rejoindre la résidence Beauséjour, à proximité du quartier des Fontanelles. Ce sont sept T4 et dix-sept T3 qui seront disponibles à la location d’ici la fin du mois d’août ou le début du mois de septembre avec des tarifs allant respectivement de 477 € à 577 € et de 392 € à 464 €, en fonction des revenus du foyer. Ces logements, dessinés par Martin Rigo, du cabinet Archi-Conseil, sont à la pointe de la modernité et aux dernières normes en vigueur : couleurs agréables en intérieur, terrasse ou encore panneaux solaires pour la production d’eau chaude. Les ouvriers sont à pied d’œuvre pour boucler les travaux d’ici deux semaines. Pour l’espace vert qui doit trôner au cœur du lotissement, il faudra attendre un peu que les chaleurs caniculaires disparaissent…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 64 = 65