Agen : que sera demain notre Terre ? Réponse aux Rencontres Michel Serres

Les Rencontres philosophiques Michel Serres font leur grand retour du 10 au 13 novembre. Comme un symbole, la thématique de l'événement portera sur l'écologie, grand combat du penseur.

0 Shares

Le thème des Rencontres a évolué ces derniers mois. De « Allô la Terre » à « Demain notre Terre », le sujet a connu un changement subtil, mais rempli de sens pour Pierre Chollet, vice-président de l’association des amis agenais de Michel Serres. « Ce nouveau nom se rapproche plus de la pensée de Michel Serres. Parler de notre Terre, c’est se rapprocher d’elle et en garder une idée optimiste, ce qu’il a toujours voulu faire. » En effet, le penseur agenais est un pionnier de la pensée écologiste. Il faisait déjà état de la catastrophe sans précédent du réchauffement climatique en 1990 dans son livre « Le contrat naturel ». C’est alors naturellement que les organisateurs se sont tournés vers cette grande thématique pour la deuxième édition. « C’est le défi du siècle et une affaire que Michel Serres a très souvent traitée dans ses écrits. C’était inconcevable d’attendre plus longtemps pour donner un accent écologiste aux Rencontres philosophiques », explique l’essayiste David Djaïz.

Une édition ambitieuse pour une pluralité d’opinion

« De nombreuses personnes étaient sceptiques l’an passé quant à la réussite d’un tel événement sur de la philosophie », se souvient-il. Finalement, l’étude de la pensée avait, semble-t-il, éveillé la curiosité de plus de personnes que prévu. « Le festival avait accueilli plus de 5 000 personnes en 2021, et ce malgré des craintes liées à la crise sanitaire », détaille le maire d’Agen Jean Dionis. Face à une réussite retentissante, l’association des Rencontres philosophiques Michel Serres, qui élabore l’événement, a revu le programme, ainsi que leurs attentes, à la hausse. 31 conférences et 21 séances de dédicaces et échanges sur la place de la mairie d’Agen, qui prendra le titre d’agora pendant les trois jours. Parrainé par le Britannique Timothy Morton, décrit par David Djaïz comme « l’un des plus grands philosophes de l’écologie dans le monde », les Rencontres recevront des grands noms de la pensée moderne, des auteurs, artistes et des chefs d’entreprise. Le mot d’ordre ici est la « pluralité ». « On veut mettre en association les idées philosophiques, comme les approches scientifiques. L’intérêt d’avoir autant d’opinions, c’est de dire qu’il n’existe pas qu’une seule solution viable, rappelle l’essayiste. On veut une pluralité de voix qu’il faut mettre dans le débat pour avancer. » Aussi, un concert et un concours d’éloquence ont été ajoutés au programme. L’objectif est clair : « On espère doubler le nombre d’entrées, soit près de 10 000 personnes », assure Jean Dionis.

À la portée des étudiants

Afin de promouvoir la philosophie auprès des collégiens et lycéens, le festival a conclu un partenariat avec l’Éducation nationale. Désireux de s’étendre sur la totalité du Lot-et-Garonne, et non seulement sur l’Agenais, 36 classes du département vont participer à des ateliers de philo et certaines seront présentes lors de l’événement. « C’était très important pour nous de lier les étudiants au festival. Avec plus de 1 200 élèves, sur la base du volontariat, c’est réussi », se réjouit David Djaïz. Cette année, seules les conférences au théâtre sont payantes, à hauteur de 8€, le pass pour les 4 quatre jours reste à 25€. La totalité du programme est à retrouver sur le site des Rencontres Michel Serres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 + 2 =