RN21 : L’Agglo d’Agen confirme son soutien au tronçon Monbalen-Croix Blanche

Depuis le 14 novembre jusqu’à ce jour, une concertation par voie électronique sur l’autorisation environnementale de l’aménagement routier de la RN21 était en vigueur. Lors du dernier conseil d’agglomération, les élus ont affirmé leur soutien au projet.

0 Shares

À l’issue de la mise à disposition par voie électronique, il convient à l’Agglomération d’Agen d’établir la contribution pour cette participation du public et d’exprimer un avis. « Chers Collègues, La RN21 constitue une véritable colonne vertébrale pour toutes les collectivités territoriales situées dans son environnement », assure le dossier de synthèse de l’Agglomération. Pour rappel, l’aménagement de la section Monbalen-Croix Blanche est une « convention quadripartite avec l’Etat, le Conseil Départemental de Lot-et-Garonne, le Grand Villeneuvois et l’Agglomération d’Agen à hauteur de 36 M€. Sur les 4,1 M€ financés par l’Agglomération d’Agen, 772 000 € ont été appelés à ce jour. Les travaux devraient démarrer par l’aménagement du carrefour giratoire situé au Sud de La Croix Blanche, probablement au début de l’année 2023, dès l’obtention des autorisations environnementales. » Ces travaux permettraient petit à petit de désenclaver le Nord-Est (Villeneuvois et Fumélois) et le Sud-Est (Albret) du département en permettant un accès plus rapide de ces territoires à l’A62 et à la RN21, de desservir de manière optimale le second échangeur autoroutier de l’A62.

Agen donne le feu vert

Dans sa note de présentation, l’Agglo présente les objectifs poursuivis par ces grands chantiers : contribuer au développement économique local en favorisant les échanges entre les agglomérations d’Agen et Villeneuve-sur-Lot, améliorer le cadre de vie des riverains de la RN21, réduire l’impact de l’infrastructure sur son environnement proche et améliorer les conditions de déplacements. « L’Agglomération d’Agen, cofinanceur significatif de cet aménagement (4,1 M€ sur 36 M€ HT) ne peut ainsi que réaffirmer son soutien à ce projet, en exprimant un avis favorable au dossier d’autorisation environnementale présenté. » Il reste maintenant à savoir quel résultat donnera l’ensemble de la concertation par voie électronique. La décision susceptible d’intervenir est une autorisation environnementale délivrée pour cet aménagement, par voie d’arrêté, pris par le préfet de Lot-et-Garonne. Dans un rapport consultatif, le Conseil national de protection de la nature a demandé aux collectivités un « solide argumentaire sur l’intérêt de construire cette nouvelle portion. » Cette délibération votée par l’Agglo pourrait aider à convaincre l’organisme d’Etat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

75 − = 65