Au travers de l’art, le Villeneuvois lance sa révolution féministe

Le samedi 13 mai, le musée de Gajac accueillera l'artiste Mamoon et son œuvre « Passage, j'accuse le silence », soit, un contre-défilé de mode pour sensibiliser aux violences faites aux femmes. L'occasion idéale pour le CAGV, de présenter son programme de lutte pour l'égalité hommes-femmes.

0 Shares

« Ce n’est pas un sujet simple à aborder en tant qu’homme, mais c’est mon devoir de président de l’Agglomération d’être un des porte-paroles de ces actions », annonce d’emblée le premier édile villeneuvois Guillaume Lepers. Le sexisme en France ne recule pas. Au contraire, il perdure et ses manifestations s’aggravent. En 2022, le Haut Conseil de l’égalité entre les femmes et les hommes a recensé 147 féminicides. « Une situation qui est d’autant plus présente dans les territoires ruraux comme le Villeneuvois » ajoute Catherine Babin, auteur, réalisatrice et metteuse en scène aussi plus connue sous le nom de Mamoon. Cette plasticienne s’est lancée dans cette profession pour faire état de la condition des femmes. « Je veux m’adresser directement aux jeunes et l’art en est un bon porteur de messages. » Ainsi, elle a monté sa dernière œuvre « Passage, j’accuse le silence ». Un contre-défilé de mode qui a sollicité le travail de 150 personnes. « Le concept du contre-défilé, c’est de ne pas vendre des tenues, mais des idées. Plusieurs personnes défileront et danseront en portant des tenues créées spécialement pour l’occasion. Il y en a 27 en tout et chacune d’entre elles raconte, par ses couleurs, visuels et motifs, une histoire de violences sexistes et sexuelles de ceux qui la portent », souligne l’artiste. En parallèle, Mamoon se consacre depuis trois ans à la réalisation d’un documentaire pour accompagner la performance artistique. Un événement poignant à ne pas manquer en Grand Villeneuvois, qui permet à l’Agglo de mettre en lumière trois nouvelles actions

Le réseau « Elu rural relais de l’égalité »

Premier volet de cette ambition anti-sexisme dans l’Agglo, le réseau local lancé par l’association des maires ruraux du Lot-et-Garonne, sera très prochainement mis en place au sein du CAGV (Communauté d’Agglomération du Grand Villeneuvois). Ce programme consiste à désigner un élu référent dans chaque commune pour collaborer au sein du réseau et étendre des actions confortant la place des femmes au quotidien sur le territoire. Sur le Villeneuvois, c’est Marie-Laure Grenier, déjà vice-présidente du CAGV à l’habitat social, qui s’est proposé pour être référente. « J’ai découvert cette action il y a quelque temps maintenant et elle m’a paru essentielle », estime-t-elle.

Le dispositif « Demandez Angela »

« Huit jeunes femmes sur dix ont peur de sortir seules le soir. Le harcèlement de rue est un fléau contre lequel il faut lutter à tout prix », sonne Marie-Laure Grenier. C’est de ce constat qu’est né le dispositif « Demandez Angela ». Il permet de créer un réseau de lieux sûr tels que des bars, des restaurants, des hôtels, supermarchés et commerces. Ainsi, à l’aide d’un autocollant affiché par la vitrine, ces établissements se portent volontaires pour être un lieu de refuge en cas de danger. Pour le moment, ils sont 14 à avoir répondu favorablement au dispositif, avant d’être rejoint par bien d’autres. Aussi, le CAGV s’occupe de la formation d’agents référents au sein même de l’Agglo, afin de veiller à l’égalité de traitement entre les femmes et les hommes dans le milieu professionnel et de lutter contre le harcèlement au travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

50 − 43 =