L’avenue Jean-Jaurès se refait une beauté pour 2025

Artère partant de la place du Pin jusqu’au carrefour de l’avenue de Colmar, l’avenue Jean-Jaurès va connaître deux importantes phases de travaux dès cet automne, votées lors du dernier conseil municipal.

0 Shares

Empruntée chaque jour par un grand nombre d’automobilistes, l’avenue Jean-Jaurès n’est pas un exemple de partage équitable de la voirie entre piétons, automobilistes et cyclistes. Datant des années 70, elle est plus adaptée aux passages de poids lourds qu’au partage de la chaussée. Cela sera bientôt de l’histoire ancienne puisque en octobre 2023, l’artère va connaître une restructuration complète afin de conjuguer sécurité des usagers et environnement. Présenté en Conseil municipal lundi 3 avril, le projet se veut ambitieux et se terminera début 2025.
Entrant de le cadre de l’engagement n°65 de la municipalité concernant la création d’une ceinture pour les mobilités douces, l’avenue Jean-Jaurès rejoindra ainsi les 7km de la ceinture qui fera le tour du centre-ville. Le tracé vert empruntera le boulevard Scaliger, la gare, le boulevard Sylvain Dumont jusqu’à la place du Pin puis l’avenue Jean Jaurès en allant au MIN, à l’avenue de Colmar, l’avenue Jean Bru, qui devrait ainsi passer de 4 à 2 voie, au rond-point Saint-Jacques avant, de rejoindre le Gravier et l’avenue De-Gaulle.

8M d’€ de travaux sur deux ans 

La mairie souhaite, à travers ce projet, remplir plusieurs objectifs. Requalifier l’ensemble de l’avenue dans une redistribution des espaces dédiés aux circulations routières et douces en assurant la continuité de la ceinture douce et embellir l’avenue par l’effacement des réseaux aériens. Mais aussi une amélioration du cadre de vie par la réorganisation du stationnement sur l’avenue et la mise en accessibilité des services publics. « Le stationnement est aujourd’hui toléré et approximatif », a rappelé Nicolas Benatti, adjoint au maire en charge de la voirie et des mobilités douces. Le projet s’étendra à l’église du Sacré-Coeur avec un ré-agencement du parvis afin de mettre en valeur le patrimoine. Le projet s’inscrit également dans la volonté de la Ville de poursuivre ses engagements environnementaux : une cinquantaine d’arbres seront plantés le long de l’avenue pour rafraîchir la ville, l’éclairage sera remplacé par du matériel plus performant et économe en énergie et les réseaux anciens ou vestiges seront renforcés ou renouvelés.
À la fin des travaux, l’avenue sera partagée entre tous les usagers : les automobilistes circuleront sur deux voies de 3 mètres, une bande de 2,50 mètres sera laissée de chaque côté et utilisée de façon intermittente pour le stationnement. Concernant la mobilité douce, la Ville a fait le choix de créer deux bandes cyclables mono-sens de chaque côté de la route de 1,70 mètre. Si la réglementation requiert 1,50, la Ville a fait le choix d’un élargissement de 20 centimètres pour des questions de sécurité. « Nous avons prévu des bandes de stationnement et une portière qui s’ouvre peut-être un véritable danger pour un cycliste autant qu’un cycliste peut l’être pour un piéton qui descend de sa voiture », a expliqué Nicolas Benatti. « Par cet élargissement, nous faisons donc le choix de la sécurité pour tous les usagers. » 
Deux ans de travaux en deux phases seront nécessaires à la réalisation du chantier. La première phase, dès octobre 2023, jusqu’en mars 2024, qui commencera par la piétonnisation de la rue Jules Ferry. La seconde phase aura, elle, lieu de fin 2024 à début 2025. « Un projet très attendu », comme l’a souligné Clémence Brandolin-Robert, qui a « tenu compte de la commission transition écologique avec l’augmentation du nombre d’arbres et de la demande du conseil de quartier du Sacré-Cœur pour le réaménagement du parvis et du stationnement (qui passera de la face nord à la face sud de l’église, NDLR). C’est une église devenue église principale pour les sépultures et dont les abords étaient difficiles d’accès et posaient des problématiques importantes. C’est un projet de très bonne qualité. »

Le projet de la place du Pin en marche 

Aborder le sujet des travaux de l’avenue Jean-Jaurès a également permis de remettre sur la table celui de la place du Pin, soulevé par Marjorie Delcros, conseillère municipale. Ce dossier, attendu lui aussi, a ainsi fait l’objet d’une présentation de projet au premier édile Jean Dionis. « Le projet place du pin et pont de la libération avance. Il est prévu qu’il réduirait de manière drastique le rond-point central actuel en deux ronds-points : un qui arbitrerait le pont de la libération et le boulevard Scaliger et un autre qui arbitrerait le cours du 14 juillet et l’avenue Jean Jaurès », a résumé le maire. « Avant, nous avions l’objectif, mais pas le projet. Là, pour la première fois, on m’a proposé un projet intéressant. » L’élu a néanmoins précisé que ces futurs investissements seront soumis à l’évolution du contexte actuel. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

81 − = 71