Agen : Socquette Légère va illuminer le pont-canal

Pour la 5ème édition, Socquette Légère se tiendra au pont-canal d’Agen. Le festival musical décrit comme « alternatif et curieux » aura lieu les 16 et 17 juin prochains.

0 Shares

Techno, pop expérimentale ou encore rock psychédélique… Le festival musical de la Socquette Légère promet d’amener avec lui des styles de musique étonnants à Agen, au pied du Pont-Canal. Les vendredis 16 et samedi 17 juin, dès 19 heures, se seront respectivement 4 et 5 artistes ou groupe d’artistes qui se produiront sur scène. Entre chaque performance, des DJ agenais et lot-et-garonnais divertiront les 500 à 800 personnes attendues par soir. Pour gérer l’évènement, l’association de la Socquette Légère compte sur 50 bénévoles. L’évènement est en partenariat avec la Mairie d’Agen, le Campus Numérique 47, le Département, le Crédit Agricole d’Aquitaine et Saur sans oublier le Café Vélo où se tient le festival.

Des découvertes musicales

Avec 10 euros pour un soir et 15 euros pour les deux, il est possible d’accéder à ce festival que Léo Thérial, référent artistique de La Socquette Légère, qualifie comme « alternatif et curieux ». Depuis la première édition en 2018, il cherche des artistes au style atypique, « j’essaie d’oublier cette image de tête d’affiche ». C’est en partant de ce principe que des groupes plus différents les uns que les autres posent les pieds sur la scène du festival. La première représentation sera alors assurée à 20 heures par Cheddar Palace avec du
« slam fusion ». Parmi les autres artistes, on peut retrouver O’o : groupe de « pop expérimentale » décrit comme un « groupe très réputé » par Léo Thérial depuis leur concert diffusé sur Arte. Le lendemain, Ada Oda mettra amènera sa touche d’énergie. « C’est vraiment à ne pas manquer. Ils font de la pop un peu vitaminée. » Pour le reste de la programmation, Léo Thérial évoque également Titanic Bombe Gas, Arcanes pour le premier soir ainsi que Edda Bel Abysse, Karkara, Le Kaiju ou encore Inside Blur le samedi. L’évènement réunit un public plutôt large, avec une ambiance familiale en début de soirée et vise principalement les 18 – 35 ans. Un service de restauration est proposé sur place avec le Café Vélo à deux pas qui sera accompagné d’un bar pour les rafraichissements.

« Faire la part belle aux arts visuels »

La scène sera située en dessous d’une des arches du pont. Pour accompagner le son, Socquette Légère veut « faire la part belle aux arts visuels ». Dès la seconde édition, le festival avait fait le choix de solliciter la vue des spectateurs avec des projections d’images. Cette année, sur le pont seront diffusées les oeuvres de Noé Schmidt, artistes plasticien touche à tout. « Nous nous sommes dit que ce serait bien d’aller voir des gens qui ont cette fibre artistique là ». L’artiste n’avait jamais touché à cet univers technique auparavant s’étant accommodé à d’autres formats physiques. Il s’est donc associé à Gabriel Bouty, chargé des arts visuels du festival, pour créer un mapping vidéo (technique de projection d’image sur des surfaces de l’environnement) avec ses tableaux. Ce dernier est responsable du projet Création Multimédia pour l’insertion numérique. Le projet est porté par le Camps Numérique et la Mission Locale 47. Des ateliers étalés sur 33 heures ont permis à la douzaine de personnes qui le souhaitait de découvrir ce milieu artistique en informatique et de « démystifier des secteurs professionnels parfois perçus comme inaccessibles ». Après le travail effectué depuis le mois de mai et jusqu’au festival, certains des modules travaillés seront exposés sur place. Un jeu vidéo géant rendra d’ailleurs l’évènement plus interactif. Une ambition cette année est de rendre les expositions sur l’arche encore plus innovantes encore avec des images reliées aux sons et aux rythmes des instruments.

D’où vient le nom de Socquette Légère ?

Historiquement, la formulation « avoir la socquette légère » est une expression française qui vient du monde du cyclisme. Elle peut être utilisée pour parler d’un sportif en bonne condition physique, pour qui l’effort paraît simple. Elle est parfois utilisée dans un contexte courant et désigne, en reprenant les mots de Léo Thérial, une « journée agréable, à l’allure facile ». D’où le choix du terme « légère » pour décrire ce week-end familial et de fête. Baptiser le festival « La Socquette Légère » tombait également sous son sens étant donné que le Café Vélo est non loin du lieu de l’évènement et rappelle l’origine de l’expression.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 63 = 70