Lot-et-Garonne : Le festival COMETT revient faire son cinéma

Moteur, action ! Découvrez l'univers du court-métrage à l'occasion de la cinquième édition du festival Comett. Pendant cinq jours, du 26 au 30 septembre, et dans neuf cinémas partenaires, le BAT 47 et ses partenaires invitent à découvrir ces formats cinématographique souvent méconnus.

0 Shares

Quand le court-métrage est mis sur le devant de la scène. Pendant cinq jours, la part belle est faite à ces petits formats qui ont, un jour, lancés bon nombre de grands réalisateurs, grâce au festival COMETT. « Notre idée, c’est de valoriser le court-métrage », explique Hervé Bonnet, directeur du Bureau d’Accueil de Tournage (BAT 47). Pour cette cinquième édition, ce ne sont pas moins de 23 courts-métrages et 1 long-métrage, découlant d’un de ces petits formats, qui seront mis à l’honneur dans 8 cinémas lot-et-garonnais (Agen, Aiguillon Casteljaloux, Castillonès, Marmande, Monsempron-Libos, Nérac, Sainte-Livrade-sur-Lot et Tonneins) et un cinéma girondin (Cadillac). » Cette année, Comett grandit et se jette dans l’inconnu avec de nouvelles propositions, notamment avec des tables rondes, une masterclass… »

Une édition riche et ambitieuse

Les équipes aux manettes du festival espèrent que cette prise d’ampleur permettra d’inscrire durablement le festival comme un des événements de la rentrée. Les Montreurs d’Images à Agen seront le point central du festival pour cette édition, une évidence pour le cinéma de soutenir le festival comme l’explique Thierry Salvaio, président des Montreurs. « Nous aimons les court-métrages ici aux Montreurs, il n’y avait donc pas de doute à suivre l’initiative. Ce festival fonctionne aussi bien avec nos valeurs qu’avec le travail du cinéma ». Autre partenaire du festival, le groupement des cinémas associatifs du Lot-et-Garonne Ecran 47 s’est naturellement « joint main dans la main et avec un grand plaisir à ce festival », appuie Jean-Claude Veniel, président d’Ecrans 47. Pour Pierre-Henri Arnstam, président du Bureau d’Accueil de Tournages du Lot-et-Garonne, il faut défendre ce format cinématographique. « Le court métrage est un véritable outil de travail, ils permettent de promouvoir des vocations. Ils permettent de découvrir des réalisateurs, sont certains feront peut-être ensuite des longs métrages ».

De nombreux temps forts

Concoctée avec soin, cette nouvelle édition du festival entend aborder de nombreux thèmes dont le fil rouge restera le format du court-métrage. Intelligence artificielle, place du paysage dans le cinéma, coulisses de la réalisation d’un film ou encore éco-production dans le cinéma, tout autant de thème abordés pendant la durée du festival qui parleront aussi bien aux néophytes qu’aux aficionados.
L’occasion également de découvrir des professions du milieu telles que les plus connues comme les scénaristes ou les réalisateurs mais aussi certaines plus confidentielles comme chercheurs en cinéma ou encore repéreur, chargé de trouver les différents décors d’un film ou d’une série et qui intervient dès les premiers instants de la production. « L’ouverture du festival se fera au cinéma l’Utopie à Sainte-Livrade tandis que nous clôturerons ici aux Montreurs d’images avec Acide, un court métrage et le long-métrage qu’en a développé son réalisateur ».

Une sélection spéciale jeune public

Et car, avant d’être un festival COMETT est une plateforme pédagogique pour l’éducation des scolaires cinémas, les équipes de l’évènement ont sélectionné des courts-métrages spécialement pour les plus jeunes (accessibles à partir de 8 ans) en plus d’une soirée où le public pourra découvrir une sélection faite par les collégiens d’Aiguillon lors de leur atelier programmation en lien avec le programme COMETT. Le programme complet du festival est à retrouver sur comett.org


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 + 1 =