Villeneuve-sur-Lot : reprise du conseil municipal sur fond de débat d’orientation budgétaire

La saison du conseil municipal a Villeneuve-sur-Lot a repris ce lundi avec entre autres le traditionnel débat d'orientation budgétaire avancé dans le temps.

0 Shares

Si en 2022, la municipalité villeneuvoise avait surpris son monde en programmant son débat d’orientation budgétaire pour l’année à venir dès le 17 octobre, elle est en tout cas resté sur ce principe cette saison en entamant le débat ce lundi 16 octobre cette fois-ci. « Cette organisation m’a toujours posé problème, justifiait alors le premier édile Guillaume Lepers l’an dernier. Il n’est pas logique d’attendre le deuxième trimestre pour définir le cadre budgétaire de l’année. Aucune collectivité n’interrompt ses activités en attendant ce vote. Une famille ou une entreprise connaît parfaitement ses finances en début d’année. Je souhaite qu’il en soit de même dans cette mairie. » Ce lundi soir, c’était comme à l’accoutumée, à Sylvie Fourès, adjointe aux affaires financières de la Ville, d’ouvrir les débats avec la présentation du budget pour l’exercice à venir. Un exercice 2024 d’autant plus important qu’il symbolise le début de la seconde moitié de la mandature en cours, allant de 2024 à 2026. « Malgré les événements qui ont perturbé cette première moitié de mandat, nous avons le cap financier que nous nous sommes fixés sans augmenter les taux de fiscalité des Villeneuvois. Les niveaux d’épargne que nous avons préservés ont permis de financer nos investissements, en limitant le recours à l’emploi », affirme-t-elle avant de poursuivre : «  A présent dans la seconde moitié du mandat, nous abordons la réalisation des projets en cours sereinement. Nos projections d’inflations sont de : 5% en 2024, 4% en 2025 et 3% en 2026. Tendanciellement, les évolutions de nos recettes de fonctionnement se situent entre 2.3% et 3,5%. Les dépenses de fonctionnement, en dehors de l’année Covid, se situent autour de 900 000€ par an. »

Pour la municipalité, 2023 s’annonce comme une année particulière en raison de l’augmentation du coût des fluides. Ainsi, malgré les efforts fournis, « la facture d’électricité de la Ville ne retrouvera pas son niveau de 2022 et restera proche des 2M€ pour les exercices suivants. »

13M€ d’investissements pour l’année à venir

A noter sur les chiffres et graphiques recensés par la Ville, l’épargne brute s’améliore en valeur absolue et relative (rapportée aux recettes de fonctionnement) pour passer de 13,4% en 2019 à 15,1% en 2022. « Nous avons pour objectif de la maintenir au-delà des 4M€ », confirme Sylvie Fourès. Quant au Plan annuel d’investissement (PAI) : la programmation 2024-2026 totalise 13M€ pour le PAI et 24M€ pour le PPI. Parmi les grands projets de l’année : le renouvellement du réseau d’éclairage public de la voirie (5,2M€), quand les projets les plus coûteux de la seconde partie du mandat restent le dossier des allées Georges-Leygues (4,6M€) et la réhabilitation de la tribune du stade Max Rousié (4,1M€). Enfin, pour ce qui est des projections sur l’encours de dette, « 2026 ne sera pas supérieur à celui de 2019 (5,4 ans contre 6,2 ans donc plus de 24M€), la trajectoire financière que nous suivons est vertueuse », termine-t-elle.

« Vous dites n’importe quoi ! »

Arrivé au terme des présentations, les débats attendus ont enfin pu commencer. C’est l’élu d’opposition Frédéric Ladrech qui a lancé les hostilités. « En dehors du fait que vous nous présentez un budget pour l’exercice 2024 alors qu’il nous reste encore un quart de l’année 2023 à franchir, vous êtes obligés de faire des prédictions sur des estimations. En 2021, vous nous parliez d’une action municipale volontaire, cela me fait sourire car avec seuls 200 000€ de plus investis sur l’année à venir qu’en 2020, année de confinement je rappelle, je qualifierai plutôt votre action de sans ambition. Les investissements réalisés risquent de fondre comme neige au soleil. Vous présentez un budget avec des hypothèses trop optimistes, vous allez l’équilibrer en ne réalisant pas tous les investissements que vous avez prévu. »

Au tour du président du conseil et maire de Villeneuve-sur-Lot Guillaume Lepers d’exprimer son droit de réponse : « Vous dites n’importe quoi sur l’événementiel et la communication ! Pour investir dans le marketing territorial de la ville afin d’obtenir des retombées économiques, parce qu’il va falloir le comprendre, on ne se fait pas plaisir, on fait cela pour que notre ville paraisse belle pour les entreprises et les jeunes étudiants. En matière d’événementiel, on est moins importants qu’en 2022. On n’explose pas les budgets, on fait juste mieux avec les mêmes chiffres. Je voulais réveiller cette ville et qu’on en parle pour des bonnes choses et non plus pour la saleté, l’insécurité et comme étant une « ville-morte ». Je suis très fier de notre résultat là-dessus. 30% de notre budget communication, c’est la culture, et il n’est pas question de baisser le budget culturel pour la partie artistique et communication. Avec l’expérience, on arrive simplement à faire plus avec les mêmes bases. La multiplication des animations, toujours gratuites, c’est notre crédo. »

Alors que le débat s’est une fois de plus tourné sur les écoles et la voirie, le maire a tenu à faire une piqûre de rappel. « Pour tout ce que vous pouvez mettre sur les réseaux sociaux, je tiens à rectifier. Pour les écoles, on a fait plus que vous en trois ans. Quand on est arrivés en poste, il y avait des fuites dans les établissements. Et pour la voirie, tous les jours, je me fais engueuler par les Villeneuvois, mais la voirie à 20 ans de retard à Villeneuve, pour remédier à ça il nous faudrait consacrer la totalité de notre budget. » Réponse maintenant avant la fin d’année pour valider le budget ou non le budget primitif.

Où en est le projet Saint-Cyr ?

« Pour ce qui est de l’hôpital Saint-Cyr, on espère arriver à proposer un projet public avant la fin du mandat, c’est-à-dire un projet avec les études et le financement complets. Aujourd’hui, je fais les quatre coins de la France pour trouver des financements. On a déjà la chance d’être soutenus par l’ensemble des vice-présidents de l’Agglomération. Les études avancent, mais cela reste un projet à moyen terme, il nous faut encore acquérir la propriété. Rentrer ce dossier dans l’ORT (Opération de revitalisation de territoire) l’an passé nous a permis de faire un focus et mettre en lumière le projet auprès de plusieurs partenaires. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 + = 15