Economie : le Département vient au secours des Ehpad lot-et-garonnais

La situation financière des Ehpad publics du Lot-et-Garonne n'est guère réjouissante, le déficit global net cumulé sur l’exercice 2022 s’élevant à 7,1 M€. Pour y remédier en partie, le Conseil départemental a fait voter plus de 5M€ de mesures de solution.

0 Shares

A l’occasion de la décision modificative de son budget vendredi 20 octobre, le Département s’est vu voter une aide exceptionnelle de 2,2M€ en faveur des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). En complément des mesures déjà appliquées par le Conseil départemental, la présidente Sophie Borderie a sollicité une étude, par le service départemental de la tarification, des comptes administratifs 2022 des établissements afin de dresser un état des lieux de la situation financière des Ehpad publics. Les conclusions confirment les constats nationaux : pour les établissements lot-et-

garonnais, le déficit global net cumulé sur l’exercice 2022 s’élève à 7,1 M€. Celui-ci est principalement lié à une baisse de l’activité des Ehpad (taux d’occupation à 93% contre 98% avant la Covid) ; aux effets de l’inflation, notamment de la hausse des coûts de l’énergie, insuffisamment compensés par les mécanismes de bouclier tarifaire mis en place par le gouvernement et à des problèmes structurels liés à la nature même de l’activité des Ehpad

La continuité du plan

C’est ainsi que le Département s’est mobilisé pour remédier d’urgence au problème en proposant un plan d’aide exceptionnelle d’un montant global de 2,138 millions d’euros qui va permettre de prendre en charge 30% du déficit net global. « Nous poursuivons ainsi la mise en œuvre de notre plan bien vieillir par la mobilisation d’une aide exceptionnelle aux Ehpad, pour leur permettre de faire face à une situation financière dégradée sous l’effet du contexte inflationniste et de la baisse d’activité consécutive à la crise sanitaire. Ce soutien aux Ehpad, il se traduit également par une proposition de revalorisation du point GIR, dont nous débattrons », assume Sophie Borderie. Face à l’ampleur de certains déficits, et de façon complémentaire pour 11 Ehpad, une hausse du prix de journée est accordée à partir de 2024, soit +0,71 €/jour en moyenne. Cette aide est complétée par l’attribution d’une hausse du point GIR dès le 1er octobre 2023.

3,4 millions d’euros pour revaloriser la valeur du point GIR

« En application de son Plan « bien vieillir », le Département met en œuvre des actions concrètes de soutien aux structures et établissements qui accompagnent nos aînés. En concertation avec les EHPAD, la revalorisation du point GIR, qui sert de calcul pour la dotation annuelle dépendance, permet d’accroître significativement les moyens dédiés à la prise en charge des personnes âgées les plus dépendantes. »

Le Département décide ainsi de rehausser la valeur du GIR à 7,30 contre 6,94 actuellement. Le coût de cette mesure est estimé à 200 000 € pour le dernier trimestre 2023 puis à 3,2M€ sur la période 2024-2027. Vendredi, seul le groupe d’opposition 100% Lot-et-Garonne s’est abstenu de voter la mesure, bien que la saluant dans sa théorie, mais ne la rejoignant pas dans sa méthode de classement des Ehpad.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

81 + = 88