Albret : Avec son nouveau site, Babcock Wanson voit plus grand

Il s'agira du plus gros investissement du groupe. Historiquement installée à Nérac depuis 1957, l'entreprise va écrire une nouvelle page de son histoire avec un nouveau site de 73 000m3 qui sera implanté route d'Agen avec un investissement record pour le groupe de 20M€.

0 Shares

Presque 70 ans après le début de l’histoire néracaise, Babcock Wanson écrit une nouvelle page en 2024. Babcock Wanson est une entreprise spécialisée dans le domaine des chauff eries industrielles : chaudières industrielles, brûleurs industriels, traitement des composants organiques volatiles (COV), traitement de l’eau, chauff age des procédés et des locaux pour tous les secteurs industriels. Avec 950 collaborateurs dans le monde, dont 160 à Nérac, 250 millions d’euros de chiffre d’affaires, l’entreprise est aujourd’hui bien à l’étroit dans son site situé sur l’avenue du Midi dans la cité des Albret. « Aujourd’hui, nous sommes dans un site vieillissant avec une capacité de manutention limitée », constate François Blin, directeur industriel sur le site de Nérac qui produit aujourd’hui 150 unités par an. « Nous sommes aujourd’hui dans le besoin d’un outil performant avec une capacité élevée. » « Il y a un véritable besoin d’accroître notre capacité pour répondre effi cacement à la demande d’un marché en croissance », appuie Philippe Lanoizelée, directeur de la communication du groupe. Pour répondre à ces problématiques, va sortir de terre un site moderne de 73 000m2 sur les terres néracaises. « Le choix s’est bien sûr posé de moderniser le site existant mais la solution optimale était celle de reconstruire un nouveau site », explique François Blin.

Le plus gros investissement du groupe

Et ce projet est loin d’être une bagatelle pour le groupe. Avec 20M€ d’investis pour la première phase de ce nouveau site, il s’agit du plus important investissement du groupe à ce jour et qui s’inscrit dans le schéma de développement du groupe. « On se veut être un véritable acteur sur les plans de la transition énergétique, de la baisse de consommation d’énergie, du bas carbone et de la décarbonation avec nos produits et pour ça, nous devons nous préparer au virage », explique François Blin. Et pour prendre ce virage, la question de l’emplacement de cette nouvelle usine s’est bien sûr posée. « Nous avons regardé du côté de la Technopole Agen Garonne avec intérêt. Nous nous étions fixés un périmètre d’une trentaine de kilomètres par rapport au site existant pour l’implantation de notre nouveau site », reconnaît François Blin. « Nous voulions rester dans le bassin d’emplois et de compétences . Cela peut paraître un peu naïf, mais nous souhaitions aussi rester loyaux, notamment avec nos équipes. La distance revenait à prendre un risque. On a la volonté de rester dans le local. » Mais alors, où s’implanter sur l’Albret ? Tout reconstruire ailleurs n’aurait pas été adéquat, d’autant que le site historique restera en activité, avec un certain nombre d’échanges avec le nouveau site. C’est du côté de la route d’Agen, au lieu-dit Mâle que sortira de terre le nouveau site sur des terrains agricoles proposés par Albret Communauté et la mairie de Nérac. « Nous serons sur une usine moderne avec panneaux voltaïques et géothermie, presque totalement vertueuse, et les équipements produits s’inscrivent et contribueront à la transition écologique : les chaudières électriques de haute puissance ou les chaudières à basses émissions de carbone explique Philippe Lanoizelée. « Elle nous permettra également de relocaliser une partie de notre production aujourd’hui réalisée à l’étranger, ajoute François Blin. « Sur un plan plus local, elle permettra aussi de désenclaver Syngenta et le lycée agricole, notamment grâce à la création d’une route qui reliera la route d’Agen et celle de Francescas à l’occasion de l’implantation de l’usine. »

200 salariés sur le nouveau site

Ce maintien de l’activité va également permettre à l’Albret de conserver un employeur important sur son sol. En eff et, l’usine actuelle de Babcock Wanson emploie 160 personnes. Un eff ectif qui augmentera à 200 avec le site de Mâle » dont une quinzaine de postes supplémentaires sur la production. Les 2 sites co-existeront jusqu’à la seconde phase qui permettra de s’aff ranchir du site historique… Il faudra cependant attendre début 2025 pour les premiers coups de pelles du côté de la route d’Agen. 

Babcock-Wanson lauréate France 2030 pour le projet Ch0C

Babcock Wanson, se positionne en leader européen dans la conception, la fabrication, la maintenance et l’optimisation de chaudières destinées à l’industrie. L’entreprise veut être un véritable acteur sur les plans de la transition énergétique, de la baisse de consommation d’énergie, du bas carbone et de la décarbonation. Ainsi, elle a développé le projet Ch0c avec un consortium de 16 entreprises (Naldeo Technologies & Industries, Babcock Wanson, Fives Pillard, Verdemobil Biogaz, Engie Solutions – VSPU, Total Energies – OneTech, Carboneo, Université de Paris, Eiffage Énergie Systèmes – Meci, CCEP, GRTgaz, Agro-mousquetaires, Agrial, Bonduelle, Constellium, GRDF). Il représente une véritable innovation pour l’industrie et un outil décisif pour permettre d’atteindre les objectifs de réduction des émissions fi xées par France 2030 et la stratégie nationale d’accélération de la décarbonation de l’industrie déterminée par la stratégie nationale bas carbone. C’est pourquoi BabcockWanson, lauréate France 2030, s’est vue attribuer un fi nancement de 229.459€, pour un investissement de 498 964 €, dans le cadre de l’appel à projet (DEMIBaC) : « Développement de briques technologiques et démonstrateurs – Réalisations de premières industrielles associant l’off re et la demande »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

88 + = 93