Tour de France : « Un Tour pour tous et tous pour le Tour »

Le Département, Agen et Villeneuve-sur-Lot continuent de préparer le passage du Tour. Mercredi dernier, lors de la signature de la convention tri-partite en présence des villes traversées, il était temps d'aborder la future stratégie de mise en valeur du département pendant l'épreuve.

0 Shares

« Nous pédalons dans le même sens », s’est amusé Guillaume Lepers, mercredi 14 février dernier, lors de la signature de la convention entre le Département, la ville d’Agen et de Villeneuve-sur-Lot concernant le passage du Tour de France en Lot-et-Garonne.
« Dès que nous avons su que notre département était retenu, il y a eu une grande satisfaction et le Département va répondre présent pour accompagner le passage de cet événement », a débuté Sophie Borderie, présidente du Département. « C’est un événement populaire et la devise retenue est : un Tour pour tous et tous pour le Tour. »

100 000 € de subvention accordée par le Département

Le Tour fera un double passage en Lot-et-Garonne avec une arrivée à Villeneuve-sur-Lot depuis Aurillac au terme d’une étape de 204 kilomètres, puis un départ depuis Agen en direction de Pau pour 141 kilomètres d’étape. « Les coureurs vont parcourir 120 km de routes départementales, il faut proposer des axes de qualité », a-t-elle ajouté. « Le Lot-et-Garonne est une terre de rugby, mais c’est aussi une terre de cyclisme, il faut en profiter pour promouvoir l’utilisation du vélo et des mobilités douces. » Le Département s’est également engagé, à travers la signature de cette convention tripartite, à verser une subvention de 100 000 € divisée entre Agen et Villeneuve pour l’accueil du Tour, des animations et la promotion des mobilités douces. La Ville d’Agen recevra 45 000 €, tandis que Villeneuve-sur-Lot bénéficiera des 55 000 € restants.

« Une vitrine médiatique ».

La présidente du Département l’a bien souligné : le Tour est « une vitrine médiatique incomparable pour le Lot-et-Garonne », et il faut profiter de la « diagonale enchantée », comme l’a appelée le maire d’Agen, Jean Dionis, dans le département pour promouvoir le 47. « Nous sommes l’une des seules arrivées et départs de la façade ouest », a rappelé Guillaume Lepers lorsque le tracé a été de nouveau présenté devant les maires des communes traversées. « Il faut capitaliser là-dessus et prévoir plus en termes d’accueil : entre 20 000 et 25 000 personnes. » Un avis rejoint par Jean Dionis. « L’année 2024 est exceptionnelle, avec l’organisation des Jeux olympiques qui rend impossible une arrivée aux Champs-Élysées. Nous avons donc un tour qui restera dans le Sud. Aurillac, Pau, Agen et Villeneuve seront les seules étapes du Sud-Ouest, il ne faut donc pas rater l’occasion. »

Les villes traversées (Condat, Fumel, Monsempron-Libos, Condezaygues, Lacaussade, Monflanquin, La Sauvetat-sur-Lède, Villeneuve-sur-Lot, Agen, Le Passage, Estillac, Roquefort, Montagnac-sur-Auvignon, Laplume, Moncaut, Le Saumont, Calignac, Nérac, Andiran, Réaup-Lisse, Mézin, Poudenas, Sos, Saint-Pé-Saint-Simon) sur les deux portions du Tour sont donc invitées à décorer leurs communes pour le passage du Tour. Qu’il s’agisse de mettre en valeur les monuments, de l’habillage du mobilier urbain, des animations de rond-points, jusqu’aux bâches géantes décorées, c’est la « prime à l’imagination » a souligné Valérie Pitous, directrice de cabinet du maire d’Agen, tout en précisant que les villes traversées auraient une charte « parcours » et n’auraient pas le droit d’utiliser le logo du tour. Les communes peuvent également réaliser des décorations visibles par hélicoptère qui devront avoir la taille minimale d’un demi-terrain de rugby. Il faudra cependant croiser les doigts pour qu’elles soient diffusées, puisque même si elles sont soumises à ASO, rien ne garantit qu’elles seront visibles sur le petit écran. Les communes pourront, pour leur préparation, bientôt s’appuyer sur un comité de pilotage pour mettre en place ces stratégies de mise en valeur, la coordination des événements locaux, mais aussi la promotion du slow-tourisme. « Nous n’aurions pas pu miser sur une plus belle vitrine médiatique pour le département », a souligné une fois de plus Jean Dionis. « Il va falloir essayer de faire un package pour prolonger les séjours, les 13 et 14 juillet, mais aussi pour les étés à venir. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 87 = 88