Economie : la CR 47 aux commandes des Vignerons de Buzet

Nathalie Roussille, adhérente au puissant syndicat agricole, devient la nouvelle présidente du conseil de surveillance de la cave viticole de Buzet.

0 Shares

Photo Chambre d’Agriculture 47

Nouveau rebondissement à la coopérative des Vignerons de Buzet. La réunion qui s’est tenue lundi soir a été marquée par dix départs dans les instances dirigeantes de la cave, et non des moindres. L’étincelle qui a déclenché cette nouvelle crise a été la révocation du président du directoire Nicolas Lhérisson. Une demande formulée par un groupe arrivé au sein du conseil de surveillance lors de la dernière assemblée générale en février dernier. Ce groupe est notamment emmené par Nathalie Roussille. « On traverse une période compliquée, et notamment dans le secteur de la vigne qui souffre beaucoup et on faisait face à un manque de transparence. Il fallait faire table rase du passé, mettre fin à une gouvernance trop pyramidale pour tendre vers un système plus horizontal, impliquant plus les viticulteurs », explique Nathalie Roussille. La proximité du directoire avec Pierre Philippe, emblématique directeur général de la cave ces vingt dernières années, était-elle au cœur du problème ? « Non, cette proximité ne leur est pas reprochée. C’est surtout la manière de travailler trop opaque.» La révocation de Nicolas Lhérisson a été votée d’une très courte tête à sept voix contre six. S’en est suivie une réaction en chaîne pour le moins dévastatrice. Les trois autres membres du directoire (le quatrième ayant quitté ses fonctions peu de temps avant pour raisons personnelles) ont démissionné. Dans leur sillage, les six membres du conseil de surveillance désavoués, dont le président Nicolas Bruch, pourtant renouvelé à ce poste lors de l’AG il y a tout juste un mois et demi. « Le travail est devenu impossible à cause des membres restants de la gouvernance. Le boulot était fait, on avançait vite et fort sur plein de sujets. On se projetait dans l’avenir et même des recrutements pour améliorer la force de vente. Mais visiblement, cela ne suffisait pas à tout le monde », déplore Nicolas Bruch. Parmi les démissionnaires, certains reprochent un coup politique, plus ou moins téléguidé par le puissant syndicat agricole, connu pour ses méthodes musclées et qui n’a pas manqué de se faire remarquer lors des manifestations du début d’année.

Une vision que Nathalie Roussille, nouvelle présidente du conseil de surveillance des Vignerons de Buzet, ne partage pas : « La CR47 n’a rien à voir là-dedans, c’est complètement faux, il faut arrêter avec ça. Oui, j’adhère à un syndicat car je défends l’agriculture mais ce n’est pas le cas de tous les viticulteurs qui composent le groupe. La Coordination rurale n’y est même pas majoritaire. Nous regrettons au passage toutes ces démissions que nous n’avons pas appelé de nos vœux. Au contraire, j’aurais préféré que nous allions tous dans la même direction. » Mardi à 13h30, le personnel de la coopérative (un peu plus de 80 salariés) était convoqué pour être informé de la situation. D’ici quelques jours, un nouveau directoire composé de trois membres va être nommé. Si les statuts permettent d’envisager tous les profils possibles, Nathalie Roussille l’assure, ce seront des viticulteurs de Buzet. « On tient à ce que ce soit la profession qui dirige et pas quelqu’un d’extérieur. Ce seront des gens qui partagent la même idéologie que nous pour avancer en toute transparence. Et cela va intervenir très vite pour ne pas perturber le bon fonctionnement de la cave », assure la présidente.

« La CR47 n’a rien à voir là-dedans »

Mais à n’en pas douter, les prochaines semaines s’annoncent agitées dans le Landerneau viticole de l’Albret. Mais cet énième coup de théâtre devrait cette fois-ci dépasser un peu plus encore les frontières du buzéquais. En arrivant à la tête d’une entité commerciale de cette dimension, la CR 47, habituée aux coups d’éclat contre la grande distribution et l’Etat, va peut-être devoir mettre un peu d’eau dans son vin si elle veut assurer la pérennité de la coopérative…

La valse des présidents

Depuis la démission de Vincent Leyre en septembre 2022 après onze années d’exercice, le conseil de surveillance des Vignerons de Buzet en est à son quatrième changement de président. Denis Ghirard a assuré l’intérim jusqu’en juillet 2023 avant d’être remplacé par Olivier Aygaleng pour quelques mois seulement. En effet, Nicolas Bruch, âgé de 31 ans, a pris la présidence dès le mois d’octobre 2023, poste qu’il vient tout juste de céder à Nathalie Roussille. Une question se pose désormais : la stabilité va-t-elle revenir ?

Comprendre la gouvernance des Vignerons de Buzet

La société coopérative agricole des Vignerons de Buzet fonctionne avec un conseil de surveillance et un directoire. Le premier est composé de représentants de viticulteurs élus lors d’une assemblée générale. Ce sont eux qui impulsent la politique générale de la coopérative en nommant un directoire qui assure le pilotage opérationnel. Le conseil de surveillance est dans un rôle de contrôle et d’orientation. Il peut aussi révoquer les membres du directoire qu’il a nommés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

59 − = 52