Carnaval d’Agen : la grande parade des animaux le 5,6 et 7 avril

Le carnaval d’Agen revient en force ce week-end pour sa traditionnelle parade, offrant trois jours de festivités. Treize chars, des animations variées et une ambiance joyeuse attendent petits et grands dans le cœur de ville.

0 Shares

Depuis 15 ans, il enchante les petits et les grands. Le carnaval d’Agen revient dans une semaine, les 5, 6 et 7 avril dans les rues de la cité préfecture. Hibou, rat des villes et rat des champs, animaux de la savane, flamant rose et bien d’autres animaux défileront dans les rues d’Agen, créés par les mains des bénévoles de l’association Animation Carnaval sans qui l’événement n’existerait pas. Mais cette année, point de départ depuis la place Armand-Fallières comme les années précédentes mais depuis la salle du Skating, quai Baudin.

De nombreuses animations

Pendant les trois jours de festivités, diverses activités seront proposées sur le thème de la ferme. Parmi celles-ci, une petite ferme pédagogique accueillera un atelier de soins aux animaux, un atelier photo avec un décor champêtre, un atelier sensoriel et un atelier de jeux. Une troupe divertira les visiteurs en créant des animaux géants à partir de ballons gonflables, tandis que des chars décorés sur le thème animalier défileront dans les rues. En complément de ces animations, une soirée spectacle (au tarif de 10€) est prévue pour le vendredi 7 avril, avec la participation du magicien Pascal Briaud et du chanteur Jérôme Chaumet.

Un an de préparation pour 12 chars

Comme chaque année, ils émerveillent petits et grands, ce sont les véritables stars du carnaval : Les chars. Mais ces chars n’apparaissent pas comme par magie. On doit leur création aux bénévoles de l’association Animation Carnaval. D’une année sur l’autre sans jamais se départir de leur énergie, ils consacrent tout leur temps libre à la réalisation de ces grandes structures de crépons et papier de soie. Ils sont une quinzaine à l’année à œuvrer sur les chars des éditions suivantes. « Nous sommes à plusieurs sur un char », explique Patrick Troader. La réalisation prend 2 mois, en moyenne. « Il faut couvrir les structures métalliques de journal puis les couvrir de fleurs ou alors restaurer les chars que nous avons achetés entiers ». Car chaque année, l’association renouvelle ses chars par des achats ou des échanges avec d’autres comités de carnaval. « On s’invite un peu tous sur les carnavals et on réserve nos chars. Par exemple, comme nous avons des lacunes pour la construction de structures métalliques, nous les achetons auprès d’autres comités », explique Patrick Troader. Pour un char, comptez une centaine d’euros jusqu’à 500/600€ pour ceux choisis par Animation Carnaval. Et chaque année, les chars qui ont défilé à Agen s’envolent eux aussi vers d’autres contrées. « On fait beaucoup d’échanges entre comités, cela nous permet aussi de diviser les frais de transports qui peuvent s’élever jusqu’à 900€ pour les semi-remorques qui les transportent ». Et l’une des hantises de l’association, c’est la pluie qui a souvent tendance à s’inviter. « La pluie nous fait rager car, si le papier de soie y résiste assez bien, le papier crépon c’est autre chose explique Patrick Troader. « Cela coule et après, plutôt que de vendre un char entier on ne pourra plus vendre que la carcasse métallique ».

Les bénévoles, l’âme du carnaval qui a besoin de sang neuf

Et si à l’instar de Villeneuve-sur-Lot, Layrac et d’autres, Agen peut avoir son carnaval, c’est avant tout grâce à l’implication des bénévoles. Toute l’année, qu’il neige, pleuve, vente ou fasse canicule, ils sont à pied d’œuvre pour préparer les chars d’une année sur l’autre, créer les fleurs de crépons et les coller par centaine sur les chars. Avant, pendant et même après la fête, ils sont partout : buvette, vente de confetti, conduite des chars, suivi du cortège, organisation des spectacles, ils ne s’arrêtent pas. Et quand c’est fini, il faut recommencer ! Trouver les chars, les idées, le faire vivre mais aussi trouver les partenaires qui, chaque année, permettent de financer le carnaval. Au total, l’association doit mettre la main à la poche à hauteur de 45 000 € qui sont financés grâce aux partenaires donc mais aussi grâce aux vides greniers, ventes lors du carnaval, et grâce à une subvention de la mairie à hauteur de 16 000€ tous les ans. La Ville met à également a disposition la salle du Skating mais aussi des véhicules, la sécurité pour la bonne marche de l’événement. Mais plus que l’argent, le vrai nerf de la guerre, ce sont les bénévoles. « Même si on a l’énergie, l’énergie c’est dans la tête, l’âge continue d’avancer », explique Patrick Troader. « Si il n’y a plus de bénévoles, il n’y a plus de carnaval.

La circulation modifiée 

Et comme chaque année, pour faciliter et sécuriser le passage des défilés, la circulation dans le centre d’Agen sera modifiée. Dès 8 h 00 le vendredi 5 avril et jusqu’au dimanche 7 avril 2024 à 21 h 00, des emplacements de stationnement seront neutralisés, rue Baudin, dans sa section comprise entre la rue Duvergé et l’avenue Général de Gaulle, pour permettre le stationnement des véhicules des organisateurs.

Le samedi 6 avril à partir de 19 h 00 et le dimanche 7 avril à partir de 14 h 00, la circulation de tout véhicule sera neutralisée sur l’itinéraire emprunté par le défilé au fur et à mesure de son déroulement. Le stationnement de tout véhicule sera neutralisé à partir de 17 h 00 le samedi 6 avril et de 13 h 00 le dimanche 7 avril 2024 :

  • Boulevard de la République, de la place Jasmin jusqu’à la place des Laitiers ;
  • Place Jasmin, sur les arrêts-minutes ;
  • Place Lafayette ;
  • Boulevard Carnot, sur les arrêts-minute situés entre la rue Lafayette et la rue Grenouilla.

Au moment du rassemblement des participants au défilé et à son passage, le dispositif de déviation et de présignalisation suivant sera mis en place, notamment :

  • Au carrefour du boulevard Carnot avec la rue de Raymond ;
  • Au carrefour de la rue de Raymond avec la rue Pontarique ;
  • Place des Laitiers à son intersection avec la rue Lafayette ;
  • Rue des Charretiers à son intersection avec la rue Fon de Raché ;
  • Rue Camille Bru à son intersection avec l’impasse Caillou ;
  • Au débouché de la rue Fon de Raché, de la rue Cale-Abadie et de la rue Péristyle du Gravier sur l’avenue Général de Gaulle ;
  • Avenue Général de Gaulle, à hauteur du boulevard Scaliger ;
  • Cours Gambetta à hauteur de la rue Palissy et de la rue Lomet ;
  • Quai Baudin à hauteur de la rue Baudin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 18 = 22