Vitadom, Ciliohpaj et le Medef 47 unis dans un dispositif de lutte contre les violences

Certaines entreprises du 47 sont aussi très impliquées dans la lutte contre les violences conjugales. Exemple avec Vitadom, qui vient de lancer un nouveau dispositif en partenariat avec Ciliohpaj et le Medef 47.

0 Shares

Nicolas Baret et Muriel Boulmier ont développé un nouveau dispositif pour les victimes.

Outre les acteurs institutionnels, les entreprises ont aussi leur rôle à jouer dans ce combat de tous les jours. Pour Nicolas Baret, fondateur de Vitadom, entreprise de services à la personne, impossible de rester les bras croisés. « C’est un chiffre qui m’a terrifié et poussé à avoir le déclic. Tous les trois jours en France, une femme meurt sous les coups de son conjoint… Notre entreprise vise à aider un public vulnérable, des jeunes enfants aux personnes âgées en passant par les handicapés. Œuvrer pour les plus fragiles ne doit pas s’arrêter à nos bénéficiaires ! 90% de nos collaborateurs sont des femmes. Nous ne pouvons pas rester là sans rien faire », lance-t-il. Une cellule d’écoute, de prévention et mier, directrice générale de tions de travail et droit des tionnels, les entreprises d’action a donc été mise en Ciliopée Initiatives. Tous les femmes a dont été créée au ont aussi leur rôle à jouer dans ce combat de tous les jours. Pour Nicolas Baret, fondateur de Vitadom, entreprise de services à la personne, impossible de rester les bras croisés. « C’est un chiffre qui m’a terrifié et poussé à avoir le déclic. Tous les trois jours en France, une femme meurt sous les coups de son conjoint… Notre entreprise vise à aider un public vulnérable, des jeunes enfants aux personnes âgées en passant par les handicapés. Œuvrer pour les plus fragiles ne doit pas s’arrêter à nos bénéficiaires ! 90% de nos collaborateurs sont des femmes. Nous ne pouvons pas rester là sans rien faire », lance-t-il. Une cellule place, résultat d’un investissement acharné de toute l’entreprise, et d’un partenariat avec l’association Ciliohpaj (groupe Ciliopée), proposant des hébergements ou logements accompagnés, et le réseau d’entrepreneurs Medef 47. Un numéro interne à Vitadom a été mis en place de 9h à 21h du lundi au dimanche. En dehors de ces horaires, une astreinte générale alerte l’association Ciliohpaj pour une mise à l’abri d’urgence ou un accompagnement juridique par exemple. « Cela fait 21 ans que nous existons, nous avons donc le réseau nécessaire pour trouver une solution dans les plus brefs délais », ajoute Muriel Boulmier, directrice générale de Ciliopée Initiatives. Tous les salariés ont été informés de sa mise en place, grâce à une carte remise à chacun et un affichage dans les salles de pause.

L’entreprise comme bulle de protection

Le principe, « créer une boîte à outils pour traiter les situations qui nous parviennent et encourager la parole à se libérer », explique Nicolas Baret. Sachant qu’un salarié passe plus de temps au travail qu’à la maison, l’entreprise peut jouer le rôle de bulle de protection, et c’est le souhait exprimé du fondateur. Une commission conditions de travail et droit des femmes a donc été créée au sein de l’entreprise. Et c’est Laetitia, salariée du service ressources humaines qui en est déléguée. « Nous avons déjà eu des remontées de terrain difficiles sur divers sujets personnels, et nous constations que nous n’étions pas armés pour y faire face », explique-t-elle. Pour aller plus loin et dépasser les frontières de Vitadom, le Medef 47, par la participation de Jean-Luc Guéry, va faire parler de cette initiative pour dupliquer le modèle dans d’autres structures. « Nous gérons le 115, numéro d’urgence social, qui va dépasser les 10 000 appels cette année… Sur ce nombre, environ 300 appels sont typiquement liés à des faits de violences faites aux femmes, constate amèrement Muriel Boulmier, ravie de voir émerger des mouvements de lutte dans le milieu professionnel. C’est quelque chose de tabou, mais qui touche tous les secteurs, d’où l’importance de ces partenariats. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

+ 48 = 57