Parrainages : Jean Lassalle plébiscité par les élus du département

Jean Lassalle, qui a validé ses 500 parrainages à l'élection présidentielle cette semaine, est le candidat le plus soutenu par les élus du département.

0 Shares

La course aux parrainages continue de battre son plein pour les candidats à l’élection présidentielle, qui n’ont désormais plus que deux semaines pour obtenir les fameuses 500 signatures. Six prétendants à l’Élysée ont obtenu le précieux sésame, suite au dernier comptage effectué par le Conseil constitutionnel, ce jeudi 17 février. Avec 1 945 parrainages validés, Valérie Pécresse (Les Républicains) fait la course en tête. Elle est talonnée par le président sortant, Emmanuel Macron qui recueille 1345 soutiens, alors qu’il n’a toujours pas officialisé sa candidature. Viennent ensuite les candidats de gauche Anne Hidalgo (Parti socialiste), Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière) et Fabien Roussel (Parti communiste). Enfin, c’est le candidat du centre, Jean Lassalle (Résistons !) qui est le dernier en date à avoir validé ses parrainages.

Jean Lassalle a recueilli 17 parrainages auprès des élus du Lot-et-Garonne. Au total, 17 candidats ont reçu au moins un parrainage. (Source : Conseil constitutionnel)

L’important soutien des territoires ruraux à Jean Lassalle

Déjà candidat en 2017, Jean Lassalle a pu bénéficier d’un important soutien des territoires ruraux pour parachever sa candidature à l’élection présidentielle et tenter de faire mieux que les 1,21 % de suffrages exprimés en sa faveur, il y a cinq ans. Le Lot-et-Garonne n’excepte pas à la règle puisque 19 élus du département ont soutenu l’ancien vice-président du MoDem. Aucun autre candidat ne fait mieux que lui, pas même Emmanuel Macron qui n’a recueilli que 9 signatures. A égalité en troisième position, Nathalie Arthaud et Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) complètent le podium.

Les têtes d’affiche doivent encore boucler leurs parrainages

Si les élus départementaux ont affirmé leur soutien au candidat insoumis, celui-ci doit encore cravacher pour que sa candidature soit officialisée. A l’image d’autres têtes d’affiche de cette élection, c’est en effet une course contre-la-montre qui s’engage, à l’approche de la clôture du dépôt des signatures. Celui qui était arrivé en quatrième position en 2017, doit encore obtenir 130 parrainages. Même son de cloche chez celle qui avait atteint le second tour puisque Marine Le Pen (Rassemblement national) est à la recherche de 134 signatures. Des soutiens manquants qui pourraient s’être reportés chez Eric Zemmour (Reconquête !). L’ancien polémiste qui n’en finit plus d’être rejoint par d’anciens dirigeants RN, a encore besoin de 209 soutiens pour valider sa candidature. Les journées risquent d’être longues ces deux prochaines semaines pour les équipes de campagne de ces candidats.

L’étonnant soutien de certains de nos élus

Alors que certains candidats font la course aux signatures, des élus ont fait le choix de soutenir des personnalités, bien loin d’être candidates. C’est notamment le cas de François Hollande, l’ancien président de la République qui a recueilli le parrainage d’un maire d’une petite commune des Vosges ou de Guillaume Meurice, humoriste à France Inter, soutenu par un élu en Normandie. Dans le département, certains parrains ont choisi de soutenir des « petits » candidats, bel et bien déclarés pour le coup. Olivier Grima, maire de Castelculier, a notamment donné sa signature à Martin Rocca, le plus jeune des prétendants à l’Élysée et qui plaide pour la mise en place d’une Assemblée constituante. Jean-Louis Boyancé, maire de Leyritz-Moncassin, donne quant à lui sa signature à Anasse Kazib, candidat cheminot et connu pour avoir été chroniqueur régulier dans l’émission Les Grandes Gueules sur RMC. Enfin, la Girondine Hélène Thouy, candidate du Parti animaliste a recueilli les parrainages de Séverine Boucher-Rezé et Denis Maurin, respectivement maires d’Auradou et Saint-Pierre-sur-Dropt.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

44 − 38 =