Le Villeneuvois Ousmane Dieng débarque en NBA !

Le jeune basketteur lot-et-garonnais de 19 ans atterrit au Thunder d'Oklahoma City. Il fera ses débuts dans la plus grande ligue de basket au monde à l’automne prochain.

0 Shares

Ça y est ! A l’issue d’une soirée de rêve pour lui, Ousmane Dieng a été sélectionné en onzième position de cette cuvée 2022 de la draft NBA qui s’est déroulée ce jeudi 23 juin au Barclays Center de Brooklyn. Depuis la « Green Room », sorte de carré VIP réservé aux talents les plus prometteurs, il a vu son nom être appelé par la mythique franchise des New York Knicks. Mais le natif de Villeneuve-sur-Lot ne jouera pas au Madison Square Garden puisqu’il a rapidement été échangé dans une autre équipe, le Thunder d’Oklahoma City, où évolue un autre Français, le meneur Théo Maledon. Il décroche ainsi son graal, celui de jouer en NBA. Il devrait toucher ses premiers ballons sous ses nouvelles couleurs cet été à l’occasion de la Summer League avant le début officiel de la saison régulière, à la fin du mois d’octobre prochain.

Une sélection aussi haute a également un impact financier non négligeable. Selon les règlements de la ligue, le Français devrait empocher un pactole d’environ 7,7 millions de dollars pour les deux prochaines saisons (durée de contrat garantie). De quoi changer une vie même si l’on reste encore assez loin des plus gros salaires de ce sport.

Un parcours exemplaire

Cela faisait déjà plusieurs années que le garçon était dans le viseur des « scouts » (dénicheurs de talents) de la NBA. Dès 2020, les promesses affichées faisaient de lui un candidat sérieux au rêve américain. Son parcours chez les jeunes a toujours été exemplaire, depuis l’école de basket de Villeneuve jusqu’à l’Insep (Institut national du sport, de l’expertise et de la performance) en passant par les différentes catégories de l’Equipe de France. Mais encore fallait-il confirmer à l’échelon supérieur… Pour cela, Ousmane n’a pas hésité à faire un choix de carrière pour le moins osé. Malgré les sollicitations de clubs professionnels français ou la possibilité d’intégrer la NCAA, le championnat universitaire américain par lequel passe la plupart des futurs draftés, le Lot-et-Garonnais a traversé le globe direction l’Océanie pour signer chez les New Zealand Breakers. Ce pari risqué s’est avéré payant. Dans l’adversité de la NBL australienne, Ousmane n’a jamais cessé de bosser sur ses fondamentaux avec un état d’esprit remarquable. Si le diamant est encore un peu brut (logique à 19 ans), le potentiel est bien là. C’est d’ailleurs ce qui lui a valu une projection dans le top 15 de quasiment toutes les simulations pré-draft par les spécialistes et grands médias US.

Quelle place pour lui en NBA ?

Par son profil d’ailier polyvalent de grande taille (2,08m) avec une excellente lecture du jeu et un bon maniement du ballon, Ousmane Dieng pourrait endosser dans la grande ligue un costume déjà porté avant lui par d’autres Frenchies. Nicolas Batum et Boris Diaw ont en effet brillé dans des rôles de « facilitateurs » de jeu avec des actions pas toujours visibles dans les statistiques mais très appréciées des entraîneurs par les opportunités et décalages qu’elles provoquent. Si Ousmane parvient à développer encore son tir à trois-points (très précieux à cette époque) et sa défense, sur laquelle il a déjà fait d’important progrès lors de cette saison dans le championnat australien, il s’offrira à coup sûr un temps de jeu significatif et une chance de briller sur le long terme. Les plus optimistes n’hésitent pas à le comparer d’ores et déjà à des joueurs All Star. Mieux vaut toutefois rester mesuré et ne pas trop en attendre dans l’immédiat. Arriver en NBA par la grande porte est déjà un sacré exploit que très peu d’aspirants réalisent. Il faut réunir de nombreuses conditions pour s’épanouir et s’inscrire sur la durée. Dans l’équipe du Thunder, actuellement en pleine reconstruction, il aura la possibilité de s’exprimer.

// La Draft NBA, comment ça marche ?

La NBA est une ligue fermée composée de 30 franchises. Contrairement aux championnats européens traditionnels, aucune d’elles n’est reléguée dans une division inférieure en fin de saison, quels que soient ses résultats. D’une année sur l’autre, on retrouve donc toujours les mêmes équipes, chacune disposant de 15 places dans son effectif. Pour compenser les départs de joueurs (retraite, baisse de niveau, envies d’ailleurs…), l’arrivée des nouvelles générations se fait à l’occasion d’un grand cérémonial au mois de juin : la draft. Sur le principe*, chaque franchise dispose de deux choix, l’un au premier tour, l’autre au second tour. Afin de permettre à tout le monde d’être compétitif, le système favorise les moins bonnes équipes du moment dans l’obtention des meilleurs choix. Plus un joueur est choisi tôt, plus son potentiel est jugé élevé.

* Il est en effet possible d’échanger des choix de draft avec d’autres équipes dans le cadre de transferts de joueurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

31 − 25 =