La crème des chefs au Festival de la gastronomie

C’est une seconde édition très prometteuse qui se prépare pour « Qu’est-ce qu’on mange ? », le Festival de l’alimentation et de la gastronomie organisé sur l’esplanade du Gravier les 9 et 10 juillet.

0 Shares

P our la tenue de sa deuxième édition, le Festival de la gastronomie et de l’alimentation d’Agen monte en gamme pour proposer un rendez-vous étoilé aux habitants et visiteurs. « Il s’agit, comme les Rencontres Michel Serres, de produits nouveaux et au fort potentiel pour la Ville, nous les regardons grandir petit à petit et les améliorons au fil des années », assure Jean Dionis. Sur un territoire du Sud-Ouest, haut lieu de la gastronomie française, le Lot-et-Garonne a en effet de belles choses à raconter. La grande nouveauté cette année, sera l’installation d’un village festival à l’ambiance guinguette, sur l’esplanade du gravier, pour rapprocher l’évènement du centre-ville. Il sera partagé entre un espace démonstrations et rencontres, une partie dédiée à la vente et de dégustation, et un espace gourmand. « L’an dernier, nous avons tenu les échanges et tables rondes au Centre des Congrès, ce n’était pas un franc succès », avoue le premier édile. Tout se déroulera donc sur un seul et même lieu pour favoriser l’attractivité. La volonté là encore est claire, rapprocher l’alimentation et la gastronomie, en abordant les questions du « bien et mieux manger ». Une manière d’associer deux thèmes forts, ceux de l’alimentation plaisir et santé, dans un pays où la gastronomie est reine. Cette année, la Ville d’Agen a été retenue, avec cet évènement, au label « Année de la gastronomie », initié depuis peu par le Gouvernement. Partenaire de la manifestation, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lot-et-Garonne a beaucoup oeuvré pour son obtention. « Notre président, Frédéric Péchavy, est intervenu auprès du ministre Bruno Le Maire pour obtenir le soutien du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation », souligne Bruno Casset, vice-président de la CCI 47. Son objectif est de soutenir la filière de la restauration, sévèrement touchée par la crise sanitaire, et de faire rayonner le savoir-faire culinaire français, des producteurs aux restaurateurs.

Des rendez-vous sur toute l’agglo

Entre animations culinaires, exposition photos, vente ou encore tables rondes, la programmation sera très variée. C’est le rendez-vous à ne pas manquer pour les épicuriens, et les curieux d’en apprendre plus sur les techniques, nos bons produits et la valorisation du territoire recherchée par l’ensemble des professionnels de la filière. L’ensemble de l’agglomération d’Agen est mobilisée pour proposer des rendez-vous, entre marchés gourmands nocturnes à Saint-Caprais-de-Lerm, Astaffort et autour du marché couvert d’Agen. De plus, des promenades de chefs se tiendront à nouveau sur les marchés de l’Agenais. Les fameux « diners à quatre mains » feront leur retour, très appréciés des convives l’an passé. Michel Dussau partagera la cuisine de sa table avec la cheffe Annett Teich, « une perle installée dans l’Hérault, qui se nourrit de ses origines allemandes par son père et russo-ukrainiennes par sa mère, dans sa cuisine. Nous proposerons un dîner autour du pruneau, une volonté pour elle de travailler ce produit 100% local », appuie-t-il. De son côté, le chef étoilé Benjamin Toursel proposera un menu à six mains, puisqu’il recevra dans son Auberge le Prieuré à Moirax, Stéphane Carrade en provenance du bassin d’Arcachon (deux étoiles) et Amal Lhajri. D’autres grands noms de la cuisine sont également annoncés tout au long de ces deux jours de festivités. Sur les différents stands installés au Gravier, de grands noms du milieu seront réunis, à l’instar de Sébastien Ripari, le Collège culinaire de France, collectif indépendant de restaurateurs et producteurs artisans, la coopérative agricole Unicoque, leader français des fruits à coque, Oviatis et ses produits à base de stevia 100% française, l’Agropole, pour intégrer la filière de l’agroalimentaire, ou encore les vignerons du Bruilhois. Un programme de grande qualité pour répondre à une volonté claire, celle d’ « ancrer Agen sur la carte de la gastronomie, et cela passe par le travail de nos chefs toute l’année mais aussi par des manifestations comme celles-ci ».

Une exposition de photos culinaires

Côté culture, une exposition de photos culinaires réalisées par la professionnelle Constance Ibanez se déroulera en parallèle au Centre culturel André Malraux, jusqu’au 15 août, et donnera une véritable résonance à l’évènement.

Programme complet : www.agen.fr

One Ping

  1. Pingback: INTERVIEW : David Gallienne, gagnant de Top chef 2020, à Agen ce week-end pour le festival de la gastronomie - Quidam Hebdo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

− 3 = 1