Accidentologie : un bilan préoccupant sur les routes

Avec 24 décès recensés en 2021, en forte hausse par rapport aux années précédentes, et un facteur humain le plus souvent à l’origine de ces accidents, le bilan de l’accidentologie est on ne peut plus inquiétant sur le département.

0 Shares

« Quand je suis arrivé ici, l’une de mes principales préoccupations portait autour de la sécurité routière », assure le préfet de Lot-et-Garonne Jean-Noël Chavanne en préambule du désormais traditionnel rendez-vous des services de sécurité publique, pour faire le point sur l’accidentologie dans le département. L’an passé, le retour à une circulation routière ‘normale’ suite aux confinements vécus s’est accompagné d’une forte hausse du nombre d’accidents.

Des comportements « irresponsables et dangereux » sont constatés jour après jour tant par la police que la gendarmerie, se traduisant malheureusement par des indicateurs en hausse. On recense 91 accidents contre 74 en moyenne entre 2016 et 2020, 120 blessés contre 101 sur la même période, mais aussi et surtout 24 décès sur les routes dont 19 se sont produits sur les cinq derniers mois de l’année. A titre de comparaison, en moyenne 10 personnes avaient perdu la vie au volant entre 2016- 2020.

Le facteur humain est le plus souvent à l’origine des accidents, preuve d’un relâchement dans les comportements. L’alcool, la prise de stupéfiants et la vitesse excessive sont en effet les principales causes. Si une baisse des infractions avait été constatée en 2020 sur les radars de franchissement par rapport à l’exercice précédent la tendance s’est finalement inversée en 2021. Le nombre d’infractions a flambé de 33% tous radars confondus.

Durcissement de la suspension de permis provisoire

« Ce n’est pas un constat satisfaisant, encore moins pour le responsable de l’ordre public. C’est pour cela que nous avons pris un certain nombre de dispositions, dont une accélération sur les radars, avec le remplacement du matériel détruit, et la mise en place des voitures-radar à travers le dispositif Dexter », ajoute le préfet. Pour rappel, le dispositif a été instauré en janvier dernier sur le Lot-et-Garonne, et relevé près de 8% d’infractions sur le premier trimestre. Les forces de sécurité sont aussi davantage mobilisées sur cet aspect, avec 25 gendarmes qui assurent quotidiennement la sécurité routière.

Jean-Noël Chavanne a également décidé de durcir les règles, et souhaité adapter les mesures de suspension administrative provisoire du permis de conduire, en concertation avec les forces de l’ordre. « Un décret permet désormais d’appliquer cette suspension provisoire en cas d’usage d’un téléphone au volant, dans l’hypothèse d’infractions simultanées », appuie-t-il. Un barème qui va encore se durcir dans les semaines à venir. La volonté est claire, retirer les usagers les plus dangereux de la route. Avec le début des vacances, des opérations Sam vont notamment être renouvelées.

« Par nos diverses actions de prévention, nous ciblons les jeunes, les professionnels et personnes âgées, tant sur les véhicules légers que les deux-roues », appuie Juliette Beregi, directrice de cabinet du Préfet de Lot-et-Garonne. « Nous ne pouvons pas nous résoudre à ramasser des cadavres en bord de route et avoir des familles brisées ». À la mi-année, 15 personnes sont décédées sur la route depuis le 1er janvier. Dernières victimes en date, un piéton percuté par une voiture à Villeneuve-sur-Lot le 1er juillet et un homme âgé de 69 ans, sur la voie sur berge à Agen, ce lundi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

22 + = 26