Des chiffres en demi-teinte et des craintes pour les entreprises du 47

Accompagnée par la Banque de France, la CCI de Lot-et-Garonne a livré cette semaine son habituelle conjoncture économique. Si certains résultats montrent la résilience de l'industrie locale, les différentes crises n'épargnent aucun secteur et laissent planer une atmosphère délicate pour cette fin d'année.

0 Shares

« De manière globale, les chiffres d’affaires sont en hausse. A ce niveau-là, le pessimisme ambiant du 1er semestre se dissipe petit à petit », a rapidement rassuré le directeur de la CCI47 (Chambre de commerce et d’industrie de Lot-et-Garonne) Thierry Lassagne lors du bilan économique de mi-année. Ces avis ont été récoltés auprès de 300 chefs d’entreprises lot-et-garonnais au cours du mois de juillet 2022. Après le rebond observé l’an passé, l’économie locale résiste dans un environnement marqué par les fortes tensions persistantes sur les marchés des matières premières et de l’énergie. Les perspectives économiques de fin d’année sont tout de même entourées d’aléas et une question persiste : combien de temps cela pourra-t-il durer ? « Les difficultés grandissantes de recrutement alimentent un bon nombre d’incertitudes », affirme le directeur. Par exemple, le secteur de l’industrie s’est maintenu sur cette première partie d’année 2022 avec des chiffres d’affaires et des carnets de commandes quasi identiques à 2021. Cependant, si 29% des entreprises ont investi durant ces 7 premiers mois, seules 16% seraient prêtes à faire de même prochainement, preuve de la méfiance qui règne quant à l’avenir.

Le tourisme et les services, seuls domaines à sortir la tête de l’eau

Dans la liste des branches concernées, les services marchands font figure d’ovni. « Le secteur se porte bien et a pu se stabiliser sur ses acquis de l’année passée, tout en augmentant certains de ces chiffres. » Aussi, les services marchands ne connaîtraient quasiment aucune baisse de leurs effectifs salariés avec seulement 1% des chefs d’entreprises qui témoignent d’une diminution. Le tourisme, lui, est le grand gagnant de ce premier bilan annuel avec des chiffres d’affaires en augmentation pour 50% des entreprises, et ce, avant la pleine saison. La fréquentation touristique du département s’est aussi grandement améliorée.

La construction et les commerces en danger

Il y a tout juste un an, le secteur de la construction faisait office de symbole de résistance pour les entreprises du département. Pour autant, la dynamique apparaît freinée par les difficultés persistantes, voire croissantes, de recrutement. Par ailleurs, « les carnets de commandes qui étaient alors à un niveau historiquement élevé se consomment progressivement », regrette Thierry Lassagne. Au fil des mois, dans un environnement marqué par les fortes tensions sur les approvisionnements et les hausses des coûts des matériaux, les réajustements des prix se réalisent partiellement. « Paradoxalement, les prix des chantiers grossissent, quand les commandes s’amenuisent », poursuit-il. Côté commerces et plus particulièrement chez les cafés, hôtels et restaurants, les chiffres d’affaires rattrapent ceux de l’année 2019, juste avant le début de la crise sanitaire. Pour autant, le secteur peine lui aussi à recruter et voit sa trésorerie s’effondrer (42% des interrogés déclarent une baisse). D’une manière générale, plus de la moitié des commerces enregistrent une baisse des commandes.

La crise de l’énergie condamne les entreprises à un avenir flou

Si 83% des répondants ont déclaré être impacté par la hausse des coûts des matières premières, 90% répondent de la même manière pour ce qui est des prix de l’énergie. « Ce qui nous inquiète le plus, c’est que ce problème pourrait rapidement avoir un impact conséquent. 14% se sentent même en danger à court terme », admet le directeur de la CCI47. Afin de contrer cet effet, les prix pratiqués ont été augmentés dans la majorité des cas, un levier qui ne répond malheureusement pas encore complètement aux attentes. « De ce fait, la confiance des chefs d’entreprises en leur avenir se dégrade jusqu’à un niveau historiquement faible. » Le prochain point d’étape sur la conjoncture économique locale se déroulera en janvier 2023 dans « un climat un peu plus rassurant », espère Thierry Lassagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 + 6 =