Villeneuve-sur-Lot : Et si le FCVL déménageait sur la plaine d’Eysses ?

Evoqué pour la première fois en conseil municipal lundi dernier, le projet de déménager le Football Club de la Vallée du Lot sur la plaine d’Eysses prend de l’ampleur. L’école de football est concernée mais l’ensemble du club pourrait suivre.

0 Shares

Et si le Football Club de la Vallée du Lot (FCVL) quittait son emblématique T2 (pour terrain numéro 2) du stade de la Myre-Mory ? La municipalité envisage en effet d’installer l’école de football villeneuvoise de manière pérenne sur la plaine des jeux d’Eysses. Dans cette lignée, le club ne semble pas exclure l’idée, à terme, d’y déplacer l’ensemble de ses activités. Pour mieux comprendre ce possible changement majeur dans l’histoire du FCVL, il faut s’intéresser à l’organisation des installations sportives sur la commune de Villeneuve-sur-Lot.

Du côté des sports collectifs de plein air, trois associations cohabitent sur le complexe de la Myre-Mory : les Léopards d’Aquitaine pour le rugby à XIII, le RCV XV pour le rugby à XV et donc le FCVL pour le football. Quatre terrains, seulement, sont disponibles pour l’ensemble des équipes de ces associations. « C’est souvent un casse-tête pour la Mairie qui doit trouver des créneaux disponibles pour contenter tout le monde », explique Viviane Novais, co-présidente du club de football. C’est ainsi que l’école de football a élu domicile depuis plusieurs années sur la vaste plaine d’Eysses qui compte cinq terrains – dont deux en pente inutilisés à l’heure actuelle. Les équipes séniors y sont aussi très régulièrement pour leurs entrainements.

Les vestiaires de la plaine d’Eysses sont vétustes et exigus. Le projet prévoit d’y apporter un sacré coup de frais.

« Créer un lieu de vie »

Pour l’heure, il est impossible d’y disputer des compétitions régionales ou départementales, faute d’homologation de ces espaces. Seuls des plateaux pour les plus petits y ont lieu mais la plaine n’est pas le lieu de réception idéal. « Le parking à Eysses n’est pas forcément adapté pour recevoir beaucoup de voitures et encore moins des bus comme ça a déjà pu être le cas, explique-t-on du côté de la Mairie. Le projet prévoirait donc la création d’un espace de stationnement. Du côté des bâtiments, il n’y a que deux petits vestiaires donc il faudra en avoir plus. Il est aussi important d’avoir un pôle pour recevoir les parents quand il pleut et organiser le goûter après le match. L’homologation des terrains sera également primordiale. En bref, il faut créer un lieu de vie. » Un endroit qui collerait parfaitement pour devenir le nouveau siège social de l’association.

La zone engazonnée à l’entrée de la plaine sert actuellement de parking. Elle pourrait donc être complètement transformée.

Un terrain synthétique dans le projet ?

Si Viviane Novais n’est pas du tout contre cette idée, elle l’évoque avec un pincement au cœur. « Pour les personnes de l’ancienne génération comme moi, le T2 reste notre terrain emblématique. C’est sûr que le quitter nous ferait un peu de mal. Je pense quand même qu’il faut évoluer. C’est un projet de long-terme qui se fera en plusieurs étapes. Peut-être que la dernière d’entre elle sera notre installation définitive là-bas. »

La co-présidente fourmille d’idées pour que ses 388 licenciés – dont 85 % ont mois de 18 ans – s’épanouissent sur la plaine d’Eysses. « Il y a plusieurs projets qui sont réalisables à court terme comme la création de quatre vestiaires, un petit bureau, un lieu de réception et la rénovation de ces deux terrains en pente. Dans l’absolu, il faudrait ensuite un terrain d’honneur avec une tribune et on aimerait aussi avoir une surface en gazon synthétique. Nous nous sommes déjà rapprochés des différentes instances de football pour accompagner la Mairie à débloquer des aides. »

La municipalité l’assure d’ailleurs, les travaux se feront en concertation avec le FCVL, en fonction de leurs besoins. La question d’un terrain synthétique fera forcément débat… Une enveloppe de 1,3 million d’euros est consacrée à la transformation de cette plaine des jeux d’Eysses, dans le plan pluriannuel d’investissements présenté lors du dernier débat d’orientation budgétaire. Un bureau d’études est actuellement missionné et les premiers travaux pourraient commencer d’ici 2024. La livraison est espérée, elle, pour 2026.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

32 − 31 =