Lot-et-Garonne : Pour 2023, Habitalys gèle le prix de ses loyers

C'est dans un climat inflationniste que le bailleur social a tenu son conseil d'administration annuel. Il en est ressorti la décision de ne pas augmenter les loyers l'année prochaine, et ce, quitte à y perdre gros.

0 Shares

« On s’apprête à connaître un déficit de près de 600 000€ en 2023 », annonce le président d’Habitalys Thomas Bouyssonie pour donner le ton du conseil d’administration qui s’est conclu seulement quelques minutes avant de s’exprimer à la presse. En effet, chaque année au mois d’octobre, les offices tiennent leur débat d’orientation budgétaire. Du côté d’Habitalys, la hausse des prix de l’énergie rendait cette édition 2022 exceptionnelle. Le bailleur social agenais a voté à la majorité le gel des prix de ses 4 600 loyers en Lot-et-Garonne pour 2023, afin de « ne pas maintenir ce cercle vicieux de l’inflation », selon son dirigeant et conseiller départemental délégué à l’habitat. Une décision que le groupe s’apprêtait à prendre ces derniers mois. « On voit les indicateurs se mettre au rouge les uns après les autres, donc c’est devenu une évidence petit à petit. » L’établissement public n’étant pas subventionné, les loyers sont ses uniques ressources financières. Avec de larges pertes à prévoir, elle ne pourra pas autant produire et rénover qu’elle le souhaite. « Cela sera une vraie difficulté pour nous, d’autant plus qu’en 2022, les bailleurs ont droit à 3,6% d’IRL (Indice de référence des loyers), qui permet d’augmenter les loyers, mais nous n’en profiterons pas, précise-t-il. De plus, nos emprunts sont adossés au livret A qui possédait un taux à 1% il y a dix ans et se trouve aujourd’hui à 2% et devrait même monter à 3,5% en août prochain. Il faut comprendre que l’intérêt de notre dette va doubler. »

« On est là pour apaiser la société »

Quand on parle d’immobilier en Lot-et-Garonne, Habitalys n’est jamais éloigné de la discussion. Créé en 1929, l’organisme public est le premier bailleur social du Lot-et-Garonne. « On forme un véritable stabilisateur de la société. On offre un logement de qualité avec un bail indéterminé », affirme Thomas Bouyssonie. La fixation des prix des loyers vient donc dans l’intérêt des locataires et de leurs conditions de vie à préserver au maximum. « Cette année, il y a besoin de rassurer avant tout. On est là pour apaiser la société », poursuit-il. Un mouvement, qu’il espère, fera écho auprès d’autres bailleurs, même privés, et qui suivront alors le mouvement. Cependant, dans un département où 18% de la population vit sous le seuil de pauvreté, Habitalys doit fournir en moyenne entre 90 et 130 logements sociaux par an. Un élément qui pourrait être, lui aussi, drastiquement revu à la baisse pour 2023 et générer de nouvelles conséquences.

154 nouveaux logements

L’office s’engage à rénover le parc existant en améliorant la performance énergétique des logements et du confort des habitants, notamment par une réflexion sur l’accessibilité. Aussi, Habitalys procède à l’entretien courant de son patrimoine par réfection de façades, création de sas d’entrée, changement de menuiseries et la réfection des peintures. Actuellement, l’organisme agenais travaille sur 13 chantiers différents dispersés dans le Lot-et-Garonne, à savoir : Bon-Encontre, Brax, Casteljaloux, Damazan, Foulayronnes, Laplume et Tonneins. Le chantier le plus important se trouvent sur cette dernière ville où 45 logements individuels seront prochainement dévoilés dans les nouveaux locaux de la gendarmerie. Les logements de fonction de la gendarmerie sont aussi en cours de création du côté de Laplume. Dans le reste des villes, des résidences sont en cours de développement. Au total, 154 nouveaux logements verront le jour dans le département.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 1 = 9