Le budget 2023 de Villeneuve largement questionné mais adopté

La dernière séance du conseil municipal de l’année était largement consacrée au vote anticipé du budget primitif de la commune pour 2023. L’opposition n’a pas manqué d’interroger la municipalité sur le timing.

0 Shares

Dans son propos liminaire, Guillaume Lepers a voulu évoquer brièvement le timing anticipé du vote du budget primitif de l’année prochaine, quand il est d’ordinaire effectué au premier trimestre. Le maire de Villeneuve-sur-Lot n’a pas pu échapper aux remarques et interrogations de son opposition. Après la présentation des chiffres par l’adjointe aux fnances Sylvie Fourès, c’est Thomas Bouyssonnie, leader du groupe « Villeneuve en commun » qui a pris la parole. « Nous trouvons que ce budget primitif est voté bien tôt, alors même que le résultat de l’exercice précédent n’est pas connu. Hors, il doit faire partie de l’analyse. Est-ce qu’on ne confond pas vitesse et précipitation ? On ne sait pas encore ce que vous avez réellement consommé en 2022 et il faudrait déjà vous autoriser à engager des dépenses sur 2023. »

11,4 M€ d’investissements annuels et pluriannuels consacrés en 2023

Un point sur lequel le premier édile a dû lui répondre. « Je trouve au contraire que c’est courageux de voter un budget en décembre, estime-t-il. Oui, il y a beaucoup plus d’incertitudes et il y aura des décisions modificatives beaucoup plus importantes et qui ouvriront des débats. C’est le sens, selon moi, de la transparence et la démocratie. A ce jeu, Guillaume Lepers a d’ailleurs dû s’expliquer sur certains écarts entre les chiffres présentés lors du débat d’orientations budgétaires d’octobre et cette délibération de décembre. « Des masses financières ont évolué, note Thomas Bouyssonnie. Notre capacité de désendettement était prévue à 5,4 ans, elle est désormais à 6,6 ans. En deux mois, on a dégradé un ratio fondamental qui pourrait nous amener inexorablement à 10 années à la fin du mandat, ce qui nous semble très préoccupant. Un recours à l’emprunt a eu lieu alors qu’on décale à 2024, le gros des dépenses pour Georges-Leygues. »

2,3 M€ prévus pour le plan LED

Des différences qui ont été expliquées techniquement par le fait que le prêt souscrit en début d’année 2022 n’ait pas été consommé ou encore que le phasage des travaux pour le boulevard, prenant en compte des interruptions durant l’été et pour les fêtes de fi n d’année, a conduit à devoir y consacrer plus d’argent en 2024 qu’en 2023. « Votre budget est sauvé en partie par des cessions immobilières, a conclu Bouyssonnie. Cela représente près de 2M€ et c’est beaucoup. Qu’est-ce qu’on fera quand il n’y aura plus rien à vendre ? Si je dois être malicieux, est-ce qu’on devra se séparer du château de Rogé pour sauver les finances de la ville ? »

L’éternel débat des animations

De son côté, Frédéric Fadrech, leader du second groupe d’opposition, « Ensemble pour Villeneuve » et membre de l’ancienne majorité municipale, a insisté sur son cheval de bataille dans la politique de Guillaume Lepers : les sommes consacrées à la communication et aux animations. « Lors du débat d’orientation budgétaires, j’estimais à 700 000 € les dépenses dans ce domaine. On m’avait dit que c’était n’importe quoi. Aujourd’hui, je me rends compte que ces chiffres se confirment. Je pense qu’il serait temps de mutualiser ces dépenses avec l’Agglomération car elles bénéficient à tout le territoire et pas uniquement au contribuable villeneuvois qui est le seul à payer la facture. »

591 000 € pour l’église Sainte-Catherine

Encore une fois, le maire de Villeneuve a assumé ce parti pris politique. « Ça m’embête de revenir à chaque fois sur ce sujet car je dois à chaque fois rappeler que derrière les animations, il y a des retombées économiques, des commerçants qui ont le sourire et ça, vous ne voulez pas le regarder. Je me suis engagé à réveiller cette ville, je veux que l’image négative qu’elle avait à votre époque change. On est en train de gagner tout doucement notre pari. Je tiens aussi à mettre en valeur que nous avons des équipes exceptionnelles. Tout est fait en régie alors que nous pourrions dépenser beaucoup plus d’argent avec des prestataires extérieurs. » Si le budget a été adopté, Guillaume Lepers sera attendu au tournant par son opposition qui a tout de même voté contre.

541 000 € pour le boulevard Georges-Leygues

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

88 − = 82