Quand le parc des expositions se transforme en Agen-Agora

Sous la houlette de la société Miharu depuis le 1er septembre, le parc des expositions et le centre de congrès d'Agen changent d'identité pour se renommer Agen-Agora. Une modification qui marque un renouveau pour les délégataires qui espèrent donner une résonance nationale au site.

0 Shares

On va au parc des expos ou on va au centre de congrès ? En ce début d’année 2023, il n’est plus nécessaire de se poser la question sur la bonne formulation de la question. L’ensemble du lieu est officiellement regroupé sous la même identité d’Agen-Agora. Le choix fut une évidence pour l’entreprise toulousaine Miharu, en charge de l’exploitation du site jusqu’en 2032. « Comme son nom l’indique, l’Agora est un lieu de rencontre pour parler de travail, se divertir, communiquer et apprendre des choses. Cela regroupe l’ensemble des événements que l’on peut faire ici et colle parfaitement au lieu », confirme Nathalie Renac, co-fondatrice et présidente de Miharu. Cette société, forte d’un savoir-faire exceptionnel et d’un large réseau national, gère cinq sites sur la région toulousaine, permettant d’accueillir de l’événementiel d’affaires, de start-up, d’alimentation ou encore de produits agricoles. Le groupe a vu en la préfecture du Lot-et-Garonne une perle rare. « A Agen, tous les édifices de supports événementiels sont au même endroit en ce lieu. Ce n’est pas retrouvable dans une autre ville moyenne, ce qui donne une valeur ajoutée par rapport à la concurrence », ajoute Jean-François Renac. Depuis sa récente arrivée à Agen, le groupe compte près de 40 salariés et vise un objectif de 7M€ pour l’année 2023.

Un site dédié aux entreprises locales

L’un des grands objectifs de Miharu sera de développer la communication d’Agen-Agora en 2023, et cela passe d’abord par un nouveau site web (www.agen-agora.com) et une reconstruction de son image au niveau local. « On veut que le site soit reconnu à Agen, notamment par les entreprises, en leur proposant un programme de séminaire dans nos lieux. On peut accueillir à partir de dix personnes et mettre à disposition notre matériel technique. De ce fait, on espère rentrer dans l’économie locale en signant des partenariats avec les instances du territoire », dévoile en détail le couple. De plus un studio vidéo sera proposé à ces mêmes entreprises, de manière à leur offrir ce qui pourrait devenir une solution de communication.

« Agen-Agora sera un outil de référence »

Miharu va faire profiter Agen de son fort réseau d’agences d’événementiel pour élargir l’offre d’Agen-Agora. L’objectif prochain sera de lui procurer résonance nationale à son échelle. « On souhaite montrer qu’entre Toulouse et Bordeaux, il y a une solution de qualité pour accueillir de gros événements », exprime Jean-François. Seront ainsi ajoutés au programme les manifestations que Miharu produit déjà, comme PopCon, un salon dédié à la pop culture à Toulouse qui accueille entre 4000 et 6000 personnes et un salon sur les vins et les spiritueux qui s’appelle Trinque. Un événement type festival pourrait aussi voir le jour. Enfin, les délégataires ont, en toile de fond, l’idée de faire d’Agen une ville de congrès « parce qu’elle en est capable techniquement. On veut deux à trois congrès par an à partir de fin 2023. On se positionnera sur des événements que Toulouse ou Bordeaux n’auront pas, comme les congrès associatifs » terminent-ils.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

46 − = 40