Voeux 2023 : Un nouvel élan commun pour un avenir porteur d’espoir 

En 2022, la crise sanitaire a trouvé en la crise énergétique et la guerre en Europe ses successeurs pour troubler le quotidien des français. En Lot-et-Garonne, nos politiques ont présenté leurs vœux, entre optimisme et grands chantiers à venir pour 2023.

0 Shares

« Place à la qualité de vie et au lien social » 

Jean Dionis du Séjour, maire d’Agen et président de l’Agglomération

Le passage entre l’année 2022 et 2023 constitue la pleine moitié du mandat municipal de Jean Dionis. L’occasion pour le maire, en plus de prononcer ses vœux, de dresser un premier bilan et de tabler sur ce qu’il appelle « la deuxième mi-temps du mandat ». Derrière cette allégorie sportive, Jean Dionis estime « avoir fait un bon début de match. La Ville d’Agen a su moderniser sa place Jasmin, a su construire un nouveau stade Armandie. En même temps, elle s’est mobilisée pour ce qui fait notre vie quotidienne : circulation, propreté et sécurité. » Un travail de tous les jours menés avec les 207 conseillers de quartiers à qui il adressent des remerciements. Côté Agglomération, ce fut l’année des chiffres avec l’insertion de 13 communes supplémentaires et le seuil symbolique des 100 000 habitants franchi. Enfin, « elle a fait pendant ces trois années, un effort considérable pour se doter de nouvelles infrastructures », rappelle-t-il.

Si 2020-2022 a été un premier acte de construction, 2023-2026 sera « une deuxième mi-temps de qualité de vie et de lien social. » Le premier édile conçoit cette période en visant une date-clé : 2032, l’arrivée de la LGV à Agen. Déjà largement observés en conseil, les initiatives pour la transition écologique et climatique formeront le plus important des axes de cette deuxième mi-temps. « Suivre la boussole de la transition écologique et climatique, c’est d’abord végétaliser notre agglomération, nos cours d’école mais aussi nos avenues : Jean-Jaurès, Jean-Bru, ou encore le nouveau parking du Gravier, assure Jean Dionis. C’est aussi changer nos habitudes : éteindre l’éclairage public la nuit ou encore revoir l’organisation de la collecte de nos déchets. Ce sont des sujets clivants qui vont demander un temps d’ajustement et de l’adaptation de tous mais c’est la seule voie pour répondre aux défis énergétiques, financiers et écologiques qui s’ouvrent à nous. » Il forme également le vœu que 2023 soit une année portée sur l’attention à autrui. Pour conclure, en fin supporter du SUA, le maire n’a pas caché son désir de voir son club de cœur se qualifier pour les barrages en fin de saison. 

« Agir pour ne pas subir, c’est la ligne d’action »

Guillaume Lepers, maire de Villeneuve-sur-Lot et président de la CAGV

A l’instar de son homologue de l’Agenais, Guillaume Lepers a préféré aborder les grands chantiers en cours sur l’agglomération du Grand Villeneuvois et les prochaines échéances à venir. Le président l’a certifié à plusieurs reprises lors de ses vœux. « 2023 sera l’année de toutes les transitions et de toutes les avancées. Energie, déchets, habitat, agriculture : des défis nous attendent et nous devons nous engager pour l’avenir », dit-il en promettant de donner un coup d’accélérateur sur bien des projets comme la gestion des déchets. « Réduire nos déchets est une obligation légale et il y a urgence. A compter du 1er janvier 2024, la collecte des déchets sera facturée par une redevance incitative. Aussi, 2023 verra le lancement du pôle zéro déchet de l’agglomération, une innovation exceptionnelle. »

Bien évidemment, le premier édile n’a pas oublié de mentionner la crise des coûts de l’énergie qui plane, précisant qu’il y « travaille déjà depuis plusieurs années » avec son équipe. L’engagement pour la multiplication des transports par vélo et la lutte contre la désertification médicale au sein de l’agglomération seront aussi d’importants points à traiter lors de l’année 2023. « Si l’on travaille ensemble, on peut diminuer les problèmes. J’ai pour exemple le permis de louer, qui permet de lutter contre l’habitat indigne. Si l’expérimentation s’avère concluante, on pourrait le reconduire sur plus de territoires », assure-t-il. Enfin, l’élu s’engage à travailler à la redynamisation des circuits courts pour les producteurs. Il y a du pain sur la planche en Villeneuvois mais les ambitions ont le mérite d’être claires.

« Notre cap, c’est l’indépendance et l’autonomie » 

Christine Bonfanti-Dossat, sénatrice de Lot-et-Garonne

La sénatrice est revenue sur une année 2022 « où l’impensable s’est produit : la guerre en Europe. » Bien évidemment, elle a pris le temps d’évoquer « une élection présidentielle dans un contexte marqué par la crise énergétique, l’inflation et l’insécurité grandissante. » Christine Bonfanti-Dossat rappelle aussi les engagements pris au Sénat lors de cette année passée, notamment sur « les territoires et la proximité avec leurs élus et sur une trajectoire budgétaire plus respectueuse des finances publiques. » En 2023, le Sénat entend assumer pleinement son rôle constitutionnel de législateur et de contrôle de l’action du Gouvernement. « Notre cap, c’est l’indépendance et l’autonomie. Notre ligne de crête, l’intérêt du pays. Nous sommes un contre-pouvoir indispensable qui fait vivre le débat et le pluralisme des opinions, au service de tous », insiste-t-elle. La sénatrice aborde 2023 sous le signe d’une année de grands rendez-vous, autant sur la décentralisation que les réformes. « Certaines ne seront pas faciles. Je pense notamment à la réforme des retraites. Mais elles sont indispensables pour préserver l’équilibre de notre modèle social », précise Christine Bonfanti-Dossat. Enfin, elle adresse tout de même une pensée « à nos soignants, enseignants, policiers, gendarmes et militaires dont l’exemplarité dans leur action pour le service public nous oblige. J’ai pour eux une reconnaissance sincère. »

 « Croire en notre capacité de rebond »

 Sophie Borderie, présidente du Conseil départemental de Lot-et-Garonne

En préambule de ses vœux pour 2023, Sophie Borderie a fait état des catastrophes et conflits rencontrés cette dernière année. « 2022 aura définitivement levé les moindres doutes sur les grands dérèglements auxquels nous sommes confrontés. Épisodes climatiques extrêmes, risques sanitaires toujours présents, pénurie d’énergie, inflation, sans oublier la guerre désormais installée aux portes de l’Europe… » Un constat qui suscite de légitimes inquiétudes, « mais aussi, une nécessaire prise de conscience qui nous donne bien des raisons d’espérer et de croire en notre capacité de rebond », ajoute-t-elle. La présidente du Conseil départemental rappelle aussi que les grands défis qui prédomineront 2023 trouvent des réponses au sein de sa majorité. « Je pense au défi démocratique. Les investissements de notre collectivité représentent chaque année des dizaines de millions d’euros  Avec plus de 80 % de notre programme déjà réalisé ou engagé, et la récurrence de nos initiatives participatives, nous répondons présent. »

Pour le reste de l’année à venir, elle compte l’environnement ainsi que l’économie sociale et solidaire parmi les grands enjeux. « Le défi de l’aménagement harmonieux et équilibré de nos territoires trouvera sa place à travers un soutien renforcé aux projets locaux portés par les communes et les intercommunalités. La proximité des services publics est aussi le dernier rempart à des phénomènes galopants de désertification », juge Sophie Borderie. Des efforts qu’elle espère partager avec tous les pouvoirs publics. Elle conclut en faisant la part belle à l’éducation et la rénovation des établissements scolaires dans le cadre du Plan collèges. « La citoyenneté, la laïcité ou encore l’égalité filles-garçons et la lutte contre les discriminations doivent connaître un rythme soutenu. C’est un élan collectif qui dépasse la seule prise de conscience. J’ai espoir, j’ai confiance. »

« Nous avons su trouver des solutions » 

Michel Lauzanna, député de la 1ère circonscription de Lot-et-Garonne

Si les crises ont grandement impacté le quotidien des Français en 2022, le député de la majorité présidentielle se veut optimiste. « Face à ces enjeux cruciaux, nous avons su faire bloc et trouver des solutions chacun à notre niveau. Merci pour cet élan patriote et solidaire, affirme-t-il. Notre pays reste toutefois l’un des plus attractifs de l’Union européenne. Les mesures économiques prises par le Gouvernement permettent de limiter l’impact sur notre économie, sur le pouvoir d’achat des ménages et de tendre vers le plein emploi. » Le député voit cette attractivité économique comme un garant pour l’avenir du territoire. Après avoir adressé ses pensées « aux personnes qui ont vécu ces fêtes de fin d’année dans des conditions difficiles », Michel Lauzzana a tenu à évoquer les grands chantiers du Lot-et-Garonne. « Nous avons eu le plaisir d’inaugurer le chantier du pont de Camélat, infrastructure majeure pour le Lot-et-Garonne ! Le second échangeur autoroutier est en fonctionnement. Ces aménagements confortent Agen et son agglomération dans leur position de locomotive pour le département en irriguant les différentes parties du territoire : l’Albret avec l’échangeur, le Villeneuvois avec le pont de Camélat », se réjouit le député. 

« Formulons le vœu d’une paix retrouvée » 

Jean-Pierre Moga, sénateur de Lot-et-Garonne 

Les mots du sénateur se sont d’abord dirigés vers les publics marqués par les différentes crises connues en 2022. « Suite à une année où malheureusement personne n’a été épargné par les difficultés, dans un contexte compliqué tant au niveau international que national, mes pensées vont tout d’abord aux plus démunis et aux plus touchés d’entre vous », ajoute-t-il. Une situation économique dégradée qui « fragilise de nombreuses entreprises, artisans, commerçants, agriculteurs, ouvriers, retraités, collectivités territoriales ». En 2023, Jean-Pierre Moga souhaite voir un avenir meilleur s’ouvrir. Un futur optimiste qui passe d’abord par « le vœu d’une paix retrouvée. » Il poursuit : «  Que la proximité, la solidarité, l’entraide restent des valeurs fortes qui unissent notre société et nous guident pour nos projets futurs. Restons résolument tournés vers l’avenir, avec force, allons de l’avant, ayant l’envie d’entreprendre, soyons force de propositions, saisissons les opportunités qui s’offrent à nous pour rendre nos projets réalisables et remplis de succès, tant dans notre vie personnelle que professionnelle ». Un élan commun qu’il espère, bénéficiera « tant pour le dynamisme de nos communes rurales que pour le développement de notre territoire de Lot-et-Garonne mais également de la France. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

82 − = 76