Le campus de Villeneuve-sur-Lot, une locomotive sur le territoire

En dépassant les toutes les espérances en deux ans d’existence seulement, la structure portée par la CAGV entraîne d’autres organismes de formation dans son sillage, dynamisant ainsi la vie étudiante.

0 Shares

On dit souvent que les voyages forment la jeunesse. Rester à Villeneuve-sur Lot aussi ! Grâce au campus lancé par l’Agglomération, une véritable communauté étudiante est en train de naître et de se fédérer. Moins de deux ans après le lancement de cette structure hybride et innovante, tous les objectifs initiaux ont largement été dépassés ! L’ancienne école privée Jeanne-d’Arc, qui lui sert d’écrin, accueille pas moins de 175 jeunes répartis entre plusieurs organismes de formation. Il y a bien sûr le cœur du réacteur avec le « campus connecté ». Ce dispositif d’Etat innovant permet de suivre à distance plusieurs centaines de cursus universitaires dans des disciplines très variées. « Cette année, les effectifs sont montés à 26 contre une quinzaine lors de la rentrée inaugurale en 2021, ce qui était déjà un bon chiffre », confie la coordinatrice Vanessa Sy. Les profils sont très variés avec des filières littéraires, des sciences sociales, des sciences « dures » et une ouverture sur le monde technologique. Cette relative explosion démographique a même nécessité le recrutement d’une seconde tutrice auprès de ces « télé-étudiants ». Avec Viviane Lay-Pradel, la CAGV a trouvé la perle rare : titulaire d’un doctorat en histoire, diplômée de l’École des hautes études en sciences sociales et douée d’une grande pédagogie… « C’est une excellente encadrante, confirme Vanessa Sy. Et ce n’est pas anecdotique. Quand on suit des cours à distance, il est essentiel d’être bien accompagné. » Avec 80% de ressortissants du Grand Villeneuvois et 100% de Lot-et-Garonnais, le campus connecté joue pleinement son rôle qui consiste à rapprocher le territoire de l’université.

Des partenariats pédagogiques et citoyens

Aux côtés du campus connecté, on retrouve près d’une dizaine de formations en alternance, sous forme de BTS ou de Bachelor. Elles sont dispensées par l’UFA 47, Sud Management et L’Oustal. « Ces partenariats sont très importants dans la réussite de notre structure. Les classes sont toutes remplies ou presque. Et les entreprises du bassin villeneuvois, qui accueillent des alternants, jouent parfaitement le jeu. Cela crée une continuité entre le campus et le monde professionnel », explique Vanessa Sy. Les projets de développement sont nombreux. Des licences professionnelles (bac+3) dans le commerce et la cybersécurité devraient voir le jour à la prochaine rentrée. Une association étudiante est née et met en place ses initiatives pour faire vivre la communauté (soirées étudiantes, création d’une maison des étudiants) et obtenir des réductions auprès des commerces de centre-ville, à l’école d’arts ou encore au théâtre. Une nouvelle culture est en train de naître dans la bastide. La seule question qui se pose désormais est la suivante : les locaux actuels du campus seront-ils assez grands pour absorber cette croissance fulgurante ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

21 − = 19