Du changement dans l’équipe de Samir Ziani en vue du titre mondial

0 Shares

Après la débâcle de Dubaï, tout le monde était resté sur sa faim, Samir Ziani le premier. Mais malgré l’annulation à la dernière minute du combat tant attendu contre l’Australien Paul Fleming pour des raisons contractuelles, le boxeur villeneuvois n’est pas rentré bredouille. Il est revenu dans son fief avec une hargne décuplée et surtout un plan pour atteindre son objectif qui demeure inchangé. Fort de ses 4 titres de champion de France et 3 autres sur la scène européenne, Samir Ziani ne jure plus que par une chose : la ceinture mondiale. Pour cela, il faut monter sur le ring et affronter le gratin de la catégorie. A 32 ans, le protégé de Mohamed Bennama n’a plus beaucoup de temps pour saisir cette opportunité de monter sur le toit du monde. C’est pourquoi il a opéré sans attendre quelques remaniements dans son équipe. L’agent irlandais Gary Hyde a été remercié. Place maintenant à un nouveau duo composé du manager Pierre Demarteau et du promoteur Mehdi Ameur. Des renforts de poids officiellement présentés ce samedi 4 février lors d’une conférence à l’Hôtel du Département, qui fait aussi partie des nouveaux partenaires du boxeur.

Deux renforts en accord avec ses valeurs

Les deux nouveaux hommes forts de la « Team Ziani » ont pour mission de faire décoller sa carrière et de lui offrir une plus grande exposition. Tout ça sans rompre les liens déjà établis sur le territoire. « Ceux qui me suivent le savent, je n’ai jamais voulu de promoteur. Mais le discours de Mehdi, très différent de ceux qui ont tapé à ma porte par le passé, m’a fait changer d’avis. Il sait tout ce que j’ai construit ici, et m’a pris comme je suis », révèle Samir. Ce que l’intéressé confirme : « Il a vraiment créé quelque chose dans ce département. Il a su fidéliser des gens, il a dédramatisé la boxe et fait du bien à l’image de ce sport. Personne ne peut lui enlever cela. Et je partage pleinement ces valeurs. J’ai longtemps joué au rugby et depuis que je suis dans la boxe, j’essaie d’amener cet notion d’esprit d’équipe. C’est pour ces raisons que je suis si fier de travailler avec lui. Grâce au soutien de tout le monde, des médias, des collectivités et des sponsors, il n’y a pas de raison pour qu’on ne réussisse pas. Mon boulot maintenant, c’est de finir d’articuler le puzzle et de peaufiner les derniers détails. » Installé à Barcelone, avec sa société Adamas Sport, Mehdi Ameur n’en est pas à son coup d’essai dans le monde du Noble art. Après avoir collaboré avec Carlos Takam, il a su emmener Johann Duhaupas jusqu’au championnat du monde face à Deontay Wilder. Un « homme de l’ombre » connecté aux bons réseaux, exactement ce que cherchait Samir Ziani.

« Il a ce truc en plus »

« Cette expérience avec Duhaupas, ces sept ans de fidélité, seront une arme pour défendre la carrière de Samir. D’autant plus qu’il est mûr et prêt pour s’attaquer à ce défi. Ce n’est peut-être pas un puncheur mais il a tellement d’autres qualités. Sugar Ray Leonard ne l’était pas non plus quand il a battu Marvin Hagler. Samir a ce truc en plus qui fera de lui un champion », assure Mehdi Ameur. Quand ? Dès cette année si possible. Pierre Demarteau, belge de son état, a lui aussi été séduit par ce profil et cette attitude. « Je le connaissais par son palmarès et les classements. C’est l’un des rares boxeurs qui sait gagner des combats à l’étranger. Quand on est entrés en contact suite à la déception de Dubaï, il m’a confié vouloir toucher les sommets. Il ne lui manquait qu’un staff parfaitement structuré », glisse le nouveau manager. Toujours licencié au Blagnac Boxing Club (élu meilleur club de France par la Fédération), entraîné par Mohamed Bennama et son équipe et suivi par Jean-Guy Pichoustre (Mind & Body) pour la préparation physique et mentale, Samir Ziani dispose désormais de toutes les armes, sur et en-dehors du ring, pour se rapprocher du Graal. L’année 2023 s’annonce intense !

Un combat le 3 mars à Blagnac pour retrouver des sensations

La dernière fois que Samir Ziani est apparu en compétition, c’était le 27 novembre 2021. Une éternité… qui va se prolonger encore un peu. Afin de ne pas perdre « les sensations du ring » et de retrouver la concentration propre aux grands évènements, un combat sera organisé le 3 mars prochain à Blagnac, la ville où il s’entraîne. « Cela me permettra de bien démarrer la saison et de me maintenir dans le classement », glisse Samir. Un premier rendez-vous important même si les plus grosses échéances devraient survenir dans les mois qui suivent. Des discussions sont en cours mais rien n’est encore arrêté, que ce soit la date, le lieu ou même l’adversaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

29 − = 24