Agen : L’usine de Sivoizac, stocker l’eau et soulager le réseau de l’Agglo 

Vendredi 10 février a été inaugurée l’usine d’eau potable de Sivoizac, située au Passage d’Agen. En présence de nombreux élus, les équipes d’Eau de Garonne ont présenté les nouvelles capacités de l’usine.

0 Shares

Sécuriser la ressource en eau. C’est ce dont s’assure désormais l’Agglomération d’Agen en inaugurant l’usine d’eau potable de Sivoizac au Passage. Une usine entièrement restructurée en 2021, située à quelques dizaines de mètres de Garonne. “Avec les travaux de modernisation de l’usine, c’est un effort qui a été fait par l’Agglo pour sécuriser les quantités d’eau”, félicite Jean Dionis, présent en qualité de président de l’Agglomération d’Agen.
Les travaux menés en 2021 et 2022 sur le site, pour un coût de 7, 635M€, ont permis de doubler la capacité de production et de stockage en eau potable pour répondre à la fois à la demande d’une population qui ne cesse d’augmenter rive gauche mais aussi à une nécessité de plus en plus vive de mieux gérer et sécuriser les ressources en eau potable. En tout, l’eau qui passe par Sivoizac se retrouve chez 26 000 habitants de l’agglomération.
Auparavant capable de produire 250m3 d’eau par heure, Sivoizac a désormais doublé sa capacité de production mais aussi de stockage en passant à 2250 m3 d’eau stockés dans ses réserves. “Aujourd’hui, on est capable de soulager d’autres usines existantes, mais aussi de venir alimenter le château d’eau de Ganet (ndlr, situé au Passage) si le besoin s’en fait sentir”, explique Nicolas Herbaut, agent de production sur le site. “C’est quelque chose de rassurant pour notre commune”, s’est réjouit Francis Garcia, maire du Passage d’Agen. 

Un stockage essentiel 

Pour venir de Garonne au robinet, l’eau passe dans plusieurs bacs de traitement. Un premier où là boue est séparée de l’eau grâce à du CO2 et du sable avant qu’elle ne parte à la désinfection dans des bacs à l’ozone. Elle est par la suite filtrée une nouvelle fois à travers du sable et du charbon pour retenir les bactéries mortes avant de partir dans les fameux bacs de stockage. 
“Si notre eau provient majoritairement de la Garonne, nous avons la possibilité de soutenir l’approvisionnement au besoin grâce au forage de Brax”, explique les équipes du site même si le but reste de préserver ce forage en cas de manque d’eau. “Aujourd’hui, préserver la ressource en eau est un enjeu majeur et il faut faire changer les mentalités sur ce stockage de l’eau”, déclare Pierre Delouvrié, vice-président chargé de l’eau et de l’assainissement de l’Agglo d’Agen. “Je vais donner un exemple palpable, l’étiage de la Garonne est très faible en cette saison, on espère qu’il remontera avec un printemps pluvieux. Ce stockage de l’eau est donc très important quand risquera de se poser le problème de l’approvisionnement en eau brute. Une situation confirmée par Jean Dionis. “L’Aquitaine, contrairement à d’autres territoires, est une région bénie en eau”, rappelle le président de l’Agglo. “Il faut garder les yeux ouvert sur l’étiage, sur le fait que les nappes phréatiques n’ont pas étés suffisamment alimentées et que les réservoirs de neiges se soient amoindris.” 

L’enjeu du seuil de Beauregard

Au cours de la visite de l’usine est ainsi revenu sur le devant de la scène la réhabilitation du seuil de Beauregard, ouvrage du 19ème siècle laissé à l’abandon. Le projet n°55 du mandat municipal soutient que cela permettra, là aussi, de sécuriser l’approvisionnement en eau potable des citoyens de l’Agglo. “Cela fait partie des efforts de l’Agglo pour sécuriser les quantités. On porte cette volonté de sécurisation avec le seuil de Beauregard qui se fera. « La nécessité fera loi”, a insisté l’édile. A ce projet s’ajoute celui de la réfection de l’usine de potabilisation de Sérignac, qui va bénéficier de modernisation de ses techniques, en accord avec des directives de l’ARS. “Nous arrivons désormais à une eau qui continue d’augmenter en qualité tout en maintenant son prix à 4€ du m3”, a rappelé Jean Dionis. “On ne peut pas négliger que c’est une dépense importante pour les ménages à laquelle il faut faire attention.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 + = 12